ReMix

Jon Courtenay GRIMWOOD

Bragelonne, 2004
Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 1999.



Les temps sont difficiles, particulièrement pour Lady Clare Fabio, ministre de l'intérieur du prince de l'Empire. L'intransigeante dame de fer qui mène une politique inflexible est aux abois. Paris est maintenant assiégé par les Hordes Noires, les forces armées du IVe Reich ; un mystérieux virus nanotechnologique dévoreur de métal - une saleté contre laquelle aucun antivirus ne peut être mis en oeoeuvre - détruit armes et installations technologiques, paralyse usines et bâtiments divers, ruinant l'industrie et l'agriculture. Comme si cela ne suffisait pas, depuis des jours et des jours, il pleut des cordes sur toute l'Europe. Que pourrait-il encore arriver de pire à Lady Clare ? Rien d'autre que d'apprendre que LizAlec - comprenez Lady Elizabeth Alexandra Fabio -, sa propre fille, une gamine plutôt délurée, qui lui en fait voir de toutes les couleurs et qu'elle avait dû placer dans une institution suite à une liaison avec un demi Cyborg, Fixx Valmont, DJ déjanté, ex-star de jeux vidéos rencontré dans un bouge mal famé, une gamine insupportable mais qu'elle adore, vient d'être enlevée ! Les kidnappeurs sont des malfrats à la solde de mystérieux commanditaires. Ils ont expédié sa fille chérie sur la lune. Coincée dans Paris assiégé, Lady Clare ne peut rien faire, hormis libérer l'ancien amant de sa fille qu'elle avait fait incarcérer dans un quartier de haute sécurité et le charger de retrouver LizAlec...

Après "NeoAddix" et "Le Dragon de Lucifer", "ReMix" est le troisième roman traduit de l'Anglais Jon Courtenay Grimwood que la critique s'entend à présenter comme le digne successeur de William GIBSON et le chef de file du renouveau post-cyberpunk anglo-saxon. L'auteur est avant tout un styliste, un créateur d'ambiances qui n'a pas son pareil pour planter son intrigue dans un univers futuriste sinistre, désespéré, original, étrange, déglingué et décadent, mélange uchronique (L'Europe a connu un développement différent de celui que nous lui connaissons puisque, en l'occurrence, Napoléon a gagné la guerre et que ce sont ses descendants qui dirigent l'Empire tandis qu'en Suisse, les restes de son corps attendent une hypothétique résurrection.) de cyberpunk et de steampunk, crédible certes, dépeint avec force, mais violent, sulfureux et bien inquiétant, un écrivain qui de plus manie l'ironie décapante avec un art consommé. Sombre et mélancolique, l'ambiance est assurément bien rendue ; les personnages sont bien campés, vivants et attachants, les descriptions saisissantes. Tout cela est bien prenant, capte l'attention du lecteur et s'avère agréable à lire. Il n'empêche qu'on reste néanmoins un peu sur sa faim, pas pleinement satisfait : l'histoire pêche par manque d'originalité, ne semble pas complètement aboutie et le dénouement en eau de boudin déçoit franchement. Dommage !

Agréable à lire, mais pas transcendant.

MGRB

partager sur facebook :