Sous les pavés, la rage

Maurice GOUIRAN

Jigal, 2005



Marseille et les suites de la guerre, on les retrouve dans ce roman de M. Gouiran.

Le livre se développe sur deux niveaux du temps : mai 68 et la libération, mai 68 étant vécu par un fils abandonné par sa mère lors de sa naissance. La recherche de ses origines le conduit à remonter le temps, et à se plonger dans le contexte douloureux de l'épuration d'après-guerre.

L'histoire elle-même est intéressante. On y entre aisément. Il faut dire que les deux périodes hors normes sont propices à des rebondissements peu ordinaires, mais possibles ou probables dans le contexte de chacune.

Mais j'ai été gêné par ce que j'ai ressenti comme une insistance de l'auteur à se justifier sur les contextes historiques qu'il utilise. Pour 68, un nombre impressionnant de pages est consacré à réécrire l'histoire comme un journaliste, mais un journaliste qui connaît la suite. L'auteur adopte alors un ton de donneur de leçons. Cela n'apporte rien au récit, ni aux personnages, et finalement ne fait qu'alourdir l'histoire.

Pour ce qui est de la période de l'épuration, il concentre dans un petit village toutes les injustices et les horreurs qui ont pu survenir ici ou là dans ce contexte passionnel et trouble. Ce qui m'est resté : on était quand même mieux quand les Allemands s'occupaient de nous !

En conclusion, une intrigue intéressante, freinée par des détours lourds, partiaux et irritants.

Alain Cariou

partager sur facebook :