La Foi des Réprouvés (L'Epée de Vérité, tome. 6)

Terry GOODKIND

Bragelonne, 2007



Les Carillons ont été chassés (enfin normalement...), mais Kahlan est mourante. Pour tenter de la sauver, Richard, accompagné de Cara, sa Morg-Sith préférée, la transporte en lieu sûr dans son pays. Il abandonne ainsi la guerre qui fait rage entre l'Ancien et le Nouveau Monde, d'autant plus qu'il est victime d'une prophétie, dans laquelle il est révélé que s'il combat, l'Ordre Impérial gagnera.

Pendant ce temps, Nicci une soeoeur de l'obscurité, esclave de Jagang réalise qu'elle peut empêcher ce dernier d'investir son esprit quand elle pense à Richard. Ne comprenant pas pourquoi un homme tel que lui ne se range pas du côté de sa vision du monde, elle va partir à sa recherche. L'ayant trouvé, par une manoeoeuvre odieuse, elle va l'obliger à la suivre à Althur'Rang, ville natale de Jagang, où elle pourra l'étudier à loisir afin de trouver une explication à ce qui l'habite et qu'elle ne comprend pas.

Quand à Kahlan, séparée une nouvelle fois de l'amour de sa vie, habitée par la rage de l'épée de vérité que lui a confiée son époux, Richard, elle va continuer à lutter contre l'Ordre impérial malgré la mise en garde de ce dernier.

C'est toujours un plaisir de retrouver Richard et Kahlan, surtout quand Terry Goodkind nous gratifie d'un bon cru.

En effet La foi des réprouvés ne se contente pas comme les deux tomes précédents de raconter une succession de faits mâtinés d'amour un peu gnan gnan, mais il nous permet par une approche tendue de rentrer dans la façon de raisonner de l'Ordre impérial. Du coup, tout n'est plus aussi simple avec d'un coté le méchant Jagang qui massacre à tour de bras pour le plaisir et le gentil Richard qui massacre lui aussi mais pour la liberté... On se rend compte qu'il y a aussi " du coté obscur de la force " la poursuite d'un idéal de Vie... basé sur une idéologie ma foi un tantinet Marxiste...

C'est d'ailleurs ce côté qui pêche un peu dans ce sixième tome, car Terry Goodkind aurait pu sans doute développer un autre " modèle à abattre " et ce dernier étant grossièrement décrit, cela agace quelque peu...

Mais bon, laissant de côté ces facilités doctrinales, on se laisse transporter par l' énergie dévorante qui habite nos deux héros. Vivement le septième qui je l'espère restera du même cru.

Annecat

partager sur facebook :