L'âme du feu (L'Epée de vérité, tome 5)

Terry GOODKIND

Bragelonne, 2006
Traduit de l'anglais (USA). Première parution dans la langue originale en 1999.



Nous retrouvons Kahlan et Richard, chez le peuple d'Adobe, (enfin...) mariés et en pleine nuit de noces. Mais tout ce bonheur c'est sans compter sur le " mal " qui rôde encore... En effet, en voulant sauver Richard de la peste, Kahlan a malheureusement libéré les " carillons " en les invoquant. Ces " carillons " sont la pire menace que Richard et ses compagnons vont devoir affronter. Ce sont des mangeurs d'âmes et des destructeurs de la magie.

Les jeunes mariés et Zedd, grand père de Richard, vont une fois de plus se lancer dans une course folle contre la montre. Zedd, seul, car voulant protéger Richard et Kahlan, va les berner et les envoyer sur une fausse piste. Mais en chemin, Richard, poussé par son intuition, va convaincre ses amis de le suivre en Andérith pays de Joseph Anders, antique sorcier qui en son temps avait vaincu les " carillons ". Là, ils vont une nouvelle fois risquer leur vie en s'opposant à Dalton Campbell et aux négociations qu'il mène en grand secret afin de livrer le monde aux hordes du très sanguinaire Empereur Jagang.

Dans ce cinquième tome de la série de L'Epée de vérité qui en comptera dix, Terry Goodkind est une fois encore à la hauteur de l'attente. Richard et Kalhan ont semble-t-il gagné en maturité, ne se jetant plus dans les ennuis sans réfléchir, mais étant à l'écoute de leurs amis. De plus, une grande partie de l'histoire repose sur la description d'Andérith avec ses jeux de pouvoirs et la manipulation du peuple afin de maintenir l'emprise d'une partie de la population (les " Andériens ") sur l'autre (les " Hakens "). Le récit gagne en intensité et on mesure de plus en plus l'horreur d'un monde gouverné par Jagang et la malfaisance de ces dévoreurs d'âmes que sont les " carillons ". Le monde étant harmonieux grâce au maintien de l'équilibre, Terry Goodkind clôt cette nouvelle épreuve par beaucoup de souffrance dans les deux camps, sans vainqueur ni vaincu. Vivement le tome VI !

Annecat

partager sur facebook :