Champs de ténèbres

Alan GLYNN

Presses de la Cité, 2004
Premier roman. Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 2002.
Coll. Sang d'Encre



C'est par le plus grand des hasards qu'Eddie Spinola croise la route d'un personnage tout droit ressurgi de son passé : son ex-beau-frère, et accessoirement dealer de coke. Cette simple rencontre improbable lui fait mettre le doigt dans un engrenage terrifiant. En effet, Vernon a abandonné la coke pour un produit plus moderne, la MDT?48, substance expérimentale issue d'un obscur laboratoire de neuropsychopharmacologie. Une simple pilule, d'une valeur marchande de 500 dollars, tout de même, loin de transporter le sujet vers des paradis artificiels, décuple les capacités de son cerveau. Tout d'abord sceptique, Eddie fait l'expérience. Et la démonstration est pour le moins éclatante ! D'ordinaire guère brillant, il devient capable de réaliser en moins d'une journée un travail de synthèse documentaire qui lui aurait normalement pris des mois, d'apprendre une langue étrangère en quelques heures, et surtout de déceler dans la presse des informations financières invisibles à tous qui lui ouvrent en grand les portes de Wall Street. Mais pour cela, il lui faudra un important approvisionnement en MDT?48. Et cette substance est-elle vraiment si inoffensive que cela ?...

Parfaitement maîtrisé jusqu'à la dernière ligne, "Champs de ténèbres" est un thriller aussi classique - et efficace ! - dans sa forme qu'original dans son propos. A la limite du fantastique, ce roman nous dépeint par le menu les effets d'une drogue imaginaire et presque idéale. Apparemment pas d'effets secondaires, pas de dépendance, que des avantages... Qui ne serait pas tenté d'y goûter, avant de découvrir les dangers qu'elle représente tout de même ? L'auteur se livre ainsi à une réflexion sur les motivations de la toxicomanie et surtout sur les limites de la personne sous l'emprise de telles substances. Où commence et où finit le véritable Eddie dans ce personnage aux capacités mentales surhumaines ? Est-ce bien lui qui réalise ces prodiges ou ne faut-il y voir qu'un effet de la MDT?48 ? Fort de ses personnages secondaires, peu nombreux mais essentiels, ce roman tient ses promesses et se lit d'une traite.

Un vrai, bon thriller, en somme.

MGRB

partager sur facebook :