L'écho du Grand Chant

David GEMMELL

Bragelonne, 2004
Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 1997



Le Grand Ours descendra du ciel et, d'un coup de patte, fouettera l'océan. Il dévorera l'oe'oeuvre des hommes. Puis, il s'endormira pour dix mille ans, et le souffle de son sommeil signifiera la mort... Ainsi parle la prophétie. Trop orgueilleux quant aux pouvoirs qui font d'eux des dieux au regard des autres hommes, les Avatars vont payer très cher leur arrogance. Un terrible cataclysme causé par un séisme dévaste le monde et emporte dans son sillage outre la science une grande partie de la nation des Avatars. S'en est suivi une ère de glaciation. De nombreuses années après cette catastrophe, les Avatars qui ont survécu ont réussi à conserver un peu de leurs pouvoirs, mais, faute d'énergie suffisante, ces pouvoirs diminuent de plus en plus. L'empire est sur le déclin. Comme si cela ne suffisait pas, les peuples que les Avatars avaient opprimés et asservis commencent à se révolter. Il faudra cependant que les anciens maîtres et leurs esclaves rassemblent leurs maigres forces pour faire face à un nouveau danger, les hordes de la Reine de Cristal qui menacent d'envahir leur monde. C'est ainsi que Talaban, un guerrier Avatar hanté par son passé, aidé de Maître Ro et de quelques Vagars, se lance à la recherche de l'énergie perdue...

Impossible de se défaire de ce roman avant d'en avoir achevé la lecture ! Tout simplement parce que David Gemmell est un raconteur d'histoires extrêmement talentueux. Il nous offre ici l'histoire d'un empire gigantesque, celui des Avatars devenus immortels grâce au pouvoir de cristaux magiques, empire néanmoins appelé à disparaître et qui, dans un dernier sursaut, s'allie aux peuples qu'il a asservis et qui maintenant se révoltent contre leur joug, pour faire face à une nouvelle et encore plus terrible menace. L'intrigue est bien construite, bien menée, rythmée comme il se doit, ponctuée de combats épiques, agréablement écrite, nostalgique à souhait. Elle met en scène des héros vivants et attachants, fort bien campés, des archétypes certes, mais loin d'être parfaits - ni par trop caricaturaux ! -, donc profondément humains. Le lecteur se retrouve littéralement happé par cette quête émouvante, désespérée bien que toujours pleine de panache, aussi vaine soit elle, que vont devoir mener ces personnages - si différents les uns des autres - pour la survie de leur monde. La fin du roman, à la fois tragique et glorieuse, est parfaitement amenée. Bref, adulte ou bien adolescent, homme ou femme, pourvu qu'on soit féru d'heroic fantasy, on ne s'ennuie pas une seconde.

Un livre absolument fabuleux !

MGRB

partager sur facebook :