La quête des héros perdus

David GEMMELL

Bragelonne, 2003
Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 1990



Depuis la chute de la forteresse de Dros Delnoch (voir "Le Roi sur le Seuil"), l'empire Drenaï n'existe plus. Les barbares venus du Nord, les Nadirs, ont pris le pouvoir, le célèbre Tenaka Khan, chef du clan des loups a repoussé les limites du territoire nadir. A sa mort, son fils Jungir qui écarte du pouvoir sa soeoeur Tanaki en l'isolant dans le désert où elle prend la tête des esclavagistes, le dirige d'une main de fer et poursuit la conquête. Lors d'un raid dans l'empire gothir, des esclavagistes capturent Ravenna, jeune villageoise dont Kiall, paysan timide et naïf, est tombé amoureux. Il n'en faut pas plus pour que le jeune homme se lance à la recherche de son aimée, entraînant dans son sillage les quatre illustres héros de la bataille de Bel-Azar : Charéos, le maître d'armes, Beltzer, le géant à la hache et les deux archers Finn le taciturne et Maggrig le jeune. Le temps a passé depuis Bel-Azar, les quatre intrépides guerriers qui s'étaient séparés ont certes vieilli, mais ils n'ont rien perdu de leurs talents. Forts de cette mission de libération à mener et aidés par Okas, shaman tatoué venu d'un autre monde, tous s'enfoncent en pays nadir. Mais ce qui passe au début de l'aventure pour la brave quête d'un amoureux rêveur soutenu par des combattants prêts à réaliser de nouveaux exploits se révèle en réalité faire partie intégrante d'un dessein qui les dépasse tous et dont ils ne sont que les instruments : la résurrection du Fléau nadir, le dernier Comte de bronze en qui coule l'espoir du peuple drenaï...

Après "Légende", "Le Roi sur le Seuil", "Waylander", "Druss la Légende", "La Quête des Héros Perdus" est la suite du cycle de Drenaï imaginé par le talentueux David Gemmell qui nous offre ici un nouveau roman d'heroic fantasy plein d'aventures certes mais aussi plutôt désespéré. Ceux qui connaissent l'univers de ces romans ne seront pas dépaysés puisqu'ils se retrouveront en territoire connu. Un tout petit échange entre Finn et Charéos donne tout son sens au livre : ("- Gagner ou perdre, de toute façon, nous ne ferons jamais rien que ce monde puisse comprendre !",[dit Finn] "- Mais ce monde n'a pas d'importance", répondit Charéos en se levant. "- Non, répliqua Finn. C'est déjà bien de le savoir"). Les principaux protagonistes de cette histoire se savent au bout de leur existence, sont conscients que la présente quête sera pour eux la dernière. Bref, ce sont des héros fatigués qui n'ont pas su assumer la gloire rapidement acquise après la chute de Tenaka Khan que David Gemmell met en scène. Quant au jeune Kiall, il apprendra la vie à ses dépens, perdra sa naïveté et son insouciance. L'auteur a doté ses personnages de beaucoup de force, mais aussi de faiblesses, travers et autres névroses, et le grand nombre de sentiments différents qui les anime les fait agir par amour, pour des motifs de rachat, de rédemption, par soif d'aventures, etc. Ils sont vivants, complexes et attachants. Vivre ou mourir n'a pour eux que peu d'importance tout compte fait. Au centre de l'action, sanglante et réaliste comme à l'accoutumée dans les romans de Gemmell, outre l'amour, un monde à sauver de la barbarie. Bien construite et bien menée après un début assez long que l'auteur met à profit pour bien mettre en place ses différents acteurs, l'intrigue est également agréablement écrite et dialoguée. Elle n'apparaît pas toutefois révolutionnaire, mais elle est prenante, parsemée de longues et fort intéressantes périodes d'introspection et de retour sur soi. Une fois les yeux posés sur les première lignes, impossible de lâcher le roman avant la dernière page. On ne s'ennuie pas une seconde ! Peut-être peut-on seulement regretter que de roman en roman, l'auteur applique toujours le même schéma et ne se renouvelle pas vraiment.



Il n'empêche que "La Quête des Héros Perdus" figure parmi les meilleures oeoeuvres de David Gemmell et qu'il serait vraiment dommage de se priver d'une aussi bonne occasion de s'octroyer un excellent moment de détente et de distraction. Avis donc aux amateurs !

MGRB

partager sur facebook :