Ce que nous savons depuis toujours

Marcello FOIS

Seuil, 2003
Traduit de l'italien. Première parution dans la langue originale en 2001



En Sardaigne, terre austère où s'est développée une société archaïque, terre rude où l'amoralisme et la sauvagerie sont érigées telles des vertus premières, assassinats, vols et magouilles diverses sont monnaie courante. On retrouve à Nùoro - village dont Marcello Fois est originaire - sur le chantier d'un lotissement en construction, un cadavre couvert de sang qui défie l'entendement et qui met à mal la sagacité du juge Corona et du commissaire Sanuti fraîchement débarqué du continent, tous deux chargés de l'enquête. Comment cet homme, Michele Marongiu, a-t-il été assassiné ? Et pourquoi ? Comment se fait-il que la veste de la victime soit truffée d'impacts de balles alors que son corps, lui, en est exempt ? Ce meurtre dont la réalisation semble défier toute logique est un véritable casse-tête : pas d'indices, pas de mobile apparent, aucune empreinte ; on n'a retrouvé ni l'arme du crime ni même les balles qui ont pourtant troué le dos de la veste de la victime...

Né en 1960 à Nùoro, Marcello Fois partage dorénavant sa vie entre Bologne et Rome. Il a entrepris de composer une chronique sarde en vingt-quatre volumes divisés en six tétralogies. La première, articulée autour de l'avocat Bustianu, se situe à la fin du XIXe siècle et est écrite dans une langue qui mêle l'italien de l'époque au dialecte sarde. La seconde, contemporaine, présente une communauté prisonnière d'elle-même, de son passé et de ses secrets de famille. "Ce que nous savons depuis toujours" s'inscrit en tant que troisième opus dans la seconde tétralogie. Malversations immobilières, détournements de fonds, escroquerie, corruption et magouille en pleine crise de fièvre porcine se retrouvent au coeoeur de l'intrigue. Il sera également question de piratage informatique, de mensonges, silences et autres non-dits, de coucheries et de réminiscences du passé avec un conflit familial dont l'origine remonte à plusieurs générations. Et Marcello Fois, avec tous ces éléments, réussit le tour de force de tricoter une histoire passionnante, habilement montée, menée avec d'autant plus de maestria qu'il a le don de maintenir son lecteur en haleine du début de son intrigue jusqu'aux toutes dernières lignes. Par petites touches subtiles, dans un style original et raffiné, une écriture magnifiquement travaillée et très évocatrice, une langue sèche, rude, efficace, ponctuée d'expressions sardes et sans cesse réinventée, il dépeint sa terre natale, la Sardaigne, et ses habitants, toujours tiraillés entre atavisme ancestral et modernité contemporaine.

Ambitieux et réussi, un excellent roman noir dans lequel l'intrigue policière n'est somme toute qu'un prétexte - et qu'importe ! - à évoquer le profond dérèglement social que connaît aujourd'hui son île.

MGRB

partager sur facebook :