Délivrez-moi

Jasper FFORDE

Fleuve Noir, 2005



Après avoir sauvé Jane Eyre des griffes de l'infâme Achéron Hadès, Thursday Next est devenue une gloire nationale, tout en s'attirant les foudres des admirateurs les plus entiers de Charlotte Brontë, lesquels n'apprécient pas du tout la nouvelle tournure que prend désormais la conclusion de leur roman fétiche. Ce deuxième volume de la série commence donc par un compte-rendu des démêlés de Thursday avec les média, sa hiérarchie et la toute puissante corporation Goliath, dont les intérêts contradictoires ont tôt fait de museler la détective au lieu de l'inciter à faire toute la lumière sur ce qui s'est réellement passé dans les pages de Jane Eyre. Devenue plus gênante qu'autre chose pour le service des opération spéciales, Thursday peine à obtenir l'avancement qu'elle aurait souhaité après son récent coup d'éclat. Or, l'apparition d'un manuscrit convaincant de Cardenio, pièce inédite de Shakespeare, lui donne l'occasion d'exercer à nouveau ses talents de détective littéraire. Mais tout se gâte quand Landen, le mari de Thursday est éradiqué (non pas assassiné, mais bien éradiqué : par le biais d'un voyage dans le temps, son existence même a été purement et simplement annulée) par Goliath pour la forcer à délivrer son ennemi, Jack Maird, des vers du Corbeau d'Edgar Poe...

L'Affaire Jane Eyre frisait tant la perfection que l'on attendait Jasper Fforde au tournant pour la suite qu'il allait donner au premier roman de sa série. Soulagement général : l'essai est formidablement transformé ! Tout aussi drôle et passionnant que L'Affaire Jane Eyre, Délivrez-moi se révèle également aussi inventif, avec autant de trouvailles géniales et déjantées, telle cette façon de communiquer d'un livre à un autre par les notes de bas de page ! Loin de nous livrer un simple recyclage de ce qui avait fait le succès de L'Affaire Jane Eyre, Jasper Fforde se renouvelle et multiplie les situations loufoques (la migration des mammouths est un grand moment !), en les mettant toujours au service de son intrigue, une fois de plus très bien maîtrisée. On sent que l'auteur s'amuse, et nous avec. Une lecture plaisir, donc, qui ne sombre pas dans la facilité et nous permet de faire plus ample connaissance avec certains personnages de Dickens et de Lewis Caroll, entre autres. Tant d'irrévérence respectueuse (c'est possible ? manifestement oui !) nous laisse face à une grave question : comment réagirions-nous si un écrivain français s'amusait à malmener de la sorte, mettons, Jean Valjean, Harpagon et la Mignonne de Ronsard ? Fort bien, espérons-le, mais Jasper Fforde manie là toutefois une forme d'humour qui reste propre à la Grande-Bretagne... et qui nous ravit au plus haut point ! Et pour ceux qui en voudraient encore, l'auteur (qui sait gérer son image et le marketing qui entoure ses livres — comment le lui reprocher ?) propose sur son site Web, véritable prolongement concret de son univers narratif, le " making of " de ses romans, des " bonus ", ainsi qu'un " centre de mise à jour " permettant de corriger quelques coquilles dans les éditions anglaises et américaines pour passer ainsi fièrement à la version 2.1 du livre... Il fallait y penser !

Mikael Cabon

partager sur facebook :