Plogoff

Alexis HORELLOU, Delphine LE LAY

Delcourt, 2013



Plogoff, c'est une histoire de femmes et d'hommes, celle d'Annie, d'Amélie, de Thérèse, d'Yvette, de Jean Marie ou encore de Jean François. Les habitants de ce village situé près d'Audierne ne sont pas encore franchement au parfum des questions nucléaires quand s'annonce en mai 1975 l'intention du gouvernement  de mettre en place une centrale en Bretagne. En 1978, le site de Plogoff, proche de la pointe du Raz, est choisi par le Conseil général du Finistère. Une splendide erreur de la part de cette institution qui, pensant que ce village du bout du monde n'était peuplé que d'anciens et de femmes de marins, a sous-estimé la détermination des habitants de cette petite commune du Finistère : face au gouvernement Giscard, qui avait pourtant promis qu'aucune centrale ne serait construite sans l'accord des habitants, face à certains élus du Conseil général qui votent contre lorsque la centrale doit se construire près de chez eux mais changent curieusement de vote lorsque le projet est prévu à Plogoff, face à EDF qui va même jusqu'à camoufler ses agents en chiffonniers d'Emmaüs pour mieux éviter les habitants, mais face aussi à la police qui emploie bien souvent des moyens qui semblent disproportionnés comme des blindés, des hélicoptères ou encore des grenades lacrymogènes.

Grâce au scénario de Delphine Le Lay, l'album retrace fidèlement cette belle prise en main par les habitants de Plogoff mais aussi les tensions qui naissent entre les deux bords à force de lassitude. Mais pas question de faiblir à Plogoff et l'élection de François Mitterrand assurera aux habitants l'arrêt du projet.

J'avoue avoir aimé lire cette histoire qui est une des belles protestations dont notre région a le secret. A Plogoff, qui s'y frotte s'y pique ! Un exemple de réussite populaire dont le moteur réside dans la volonté et la solidarité.

Marc Suquet

partager sur facebook :