L'Affaire Jane Eyre

Jasper FFORDE

Fleuve Noir, 2004



L'Angleterre de 1985 dans laquelle se situe l'action a peu de rapport avec celle d'aujourd'hui : le pays est enlisé dans la guerre de Crimée contre les Russes depuis 130 ans, les déplacements se font autant en dirigeable qu'en voiture, les dodos clonés sont des animaux domestiques, les chronogardes ont le pouvoir d'arrêter le temps... Mais surtout, la littérature est au coeoeur de la société : de nombreux citoyens portent le même patronyme, celui d'un auteur classique, les juke-boxes déclament des extraits de Richard III et des militants font du porte-à-porte pour essayer de convaincre leurs compatriotes que c'est Bacon qui a écrit les oeoeuvres attribuées à Shakespeare.

Thursday Next est Littératec à la Brigade littéraire du service des opérations spéciales (les Opspecs), chargée des affaires de banditisme littéraire tels que plagiats et usages de faux. Le manuscrit original de Martin Chuzzlewit, de Dickens, a disparu et l'on soupçonne Achéron Hadès d'être l'auteur du vol. La détective Thursday va se lancer à la poursuite de ce criminel aux pouvoirs diaboliques, capable d'entendre son nom à un kilomètre à la ronde. Elle est en effet l'une des rares personnes à pouvoir l'identifier pour l'avoir eu comme professeur à la faculté.

Hadès enlève Mycroft, l'oncle de Thursday, un inventeur génial qui a mis au point le Portail de la prose, une machine qui permet d'entrer dans les oeoeuvres originales et d'en modifier la trame, grâce aux "vers correcteurs". Le criminel va ainsi supprimer le personnage principal de Martin Chuzzlewit, privant du même coup les lecteurs de la suite de l'histoire. Et lorsqu'il s'empare du manuscrit original de Jane Eyre, en menaçant de kidnapper son héroïne, une course-poursuite s'engage entre lui et Thursday, d'autant plus acharnée que l'oeoeuvre de Charlotte Brontë est le roman préféré de la jeune femme. Celle-ci n'a alors qu'un seul recours : entrer elle-même dans le livre pour en sauver les personnages.

La réalité et la fiction s'entremêlent dans ce roman délirant, aux rebondissements multiples et au rythme soutenu, truffé de clins d'oeoeil et d'humour. Il repose sans doute sur l'idée que certains personnages imaginaires marquent si bien l'esprit du lecteur que celui-ci peut avoir le sentiment de les connaître réellement.

Marie-Louise Autret

partager sur facebook :