Des petites filles modèles

Romain SLOCOMBE

Belfond, 2016



"Mes Petites Filles modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits..." (Comtesse de Ségur, née Rostopchine).


Le dernier livre de Romain Slocombe s'intitule Des petites filles modèles, titre qui évoque immédiatement la comtesse de Ségur. Gagné ! Ce livre de Romain Slocombe se veut un REMAKE de l'une des oeuvres pour enfants de la célèbre comtesse et paraît d'ailleurs dans la collection REMAKE, aux éditions Belfond. "Cette collection propose à des écrivains d'aujourd'hui de puiser dans le patrimoine littéraire une oeuvre qui les a marqués, et d'en faire le REMAKE. Tout est permis pourvu que le souvenir de l'original ne soit jamais perdu..."

La comtesse de Ségur ? Cela me semble si loin... Je me souviens surtout des Mémoires d'un âne et d'Un bon petit diable... Avant d'attaquer le REMAKE de Romain Slocombe, j'ai donc décidé de relire "l'original" par la comtesse de Ségur, ainsi que les deux autres romans faisant partie de la même trilogie de romans pour enfants (Les Malheurs de Sophie et Les vacances)...

Les Petites Filles modèles, résumé plus que succinct : en Normandie, après un accident de calèche, Mme de Rosbourg – dont le mari a disparu en mer – et sa toute jeune fille Marguerite sont accueillies au château de Mme de Fleurville. Cette dernière, veuve depuis six ans, est la maman de "deux adorables petites filles", Madeleine et Camille. Les trois enfants, comme leurs mamans, vont vite devenir inséparables. Bientôt, les fréquentes visites d'une autre petite fille, Sophie, vont quelque peu perturber les journées des deux soeurs et de Marguerite.

La morale de ces Petites Filles modèles peut certes sembler pesante et désuète, mais, en dépit de l'évolution des moeurs, la comtesse de Ségur est encore dans le peloton de tête du palmarès des écrivains pour la jeunesse. Je dois reconnaître que j'ai pris beaucoup de plaisir à la relecture des aventures de ces fillettes à qui l'on apprend à distinguer le bien du mal.

J'étais, à présent, prêt à affronter les Petites Filles modèles de Romain Slocombe. Près de 300 pages, denses, serrées..."Le souvenir de l'original"... Il a été respecté. Même point de départ : une mère et sa fille – voyage en province, accident – hébergées et invitées permanentes chez une veuve et ses deux filles... Romain Slocombe a ensuite repris des situations, des dialogues qui figurent dans l'oeuvre originale...

"Tout est permis"... Là, Romain Slocombe a pu laisser parler son imagination débridée. On a quitté la Normandie pour le pays cathare... On a également changé d'époque. L'auteur situe l'histoire une cinquantaine d' années plus tard et a quelque peu vieilli nos jeunes héroïnes : ce sont, à présent, des jeunes filles pubères, en proie à leurs premiers émois... De plus, Marguerite (quinze ans) est en pleine crise religieuse. Sa mère, belle bourgeoise névrosée ne laisse pas indifférente l'inquiétante Mme de Fleurville... C'est le début d'une relation sado-masochiste.

Dans son REMAKE, Romain Slocombe a supprimé le personnage de Sophie mais a introduit celui du truculent général Dourakine. Citons encore l'épisode du boucher Hurel, très, très gore dans la version Slocombe... Bref, Slocombe fait du Slocombe ! "Tout est permis", n'est-ce pas ? La comtesse de Ségur écrivait pour les enfants. Romain Slocombe a écrit une histoire pour les grands ! Un conte inquiétant, pervers, sulfureux, mystique, érotique. Un conte gothique et vampirique. Romain Slocombe a écrit un très beau livre ! Une fois de plus !

P. S. : Vous qui lirez ce livre, saurez-vous répondre à ces deux questions ?
1 – Qui a écrit le manuscrit trouvé à côté du cadavre ?
2 – Qui est la morte ?
 

Roque Le Gall

partager sur facebook :