Quitter Brest

BRIAC, Yvon COQUIL

Sixto, 2015



L'album est constitué d'une BD de Briac et de deux nouvelles d'Yvon Coquil illustrées par le même dessinateur. Depuis l'universitaire revenu à Brest pour faire une conférence et qui se souvient de la ville d'avant les bombardements jusqu'à l'histoire de Ti Jean qui se prend un suicidé sur le coffre de sa 403 ou celle d'Arsène, sauvé par son voisin Laotien... gast, c'est du ti-zef, du brestois, quoa !

Mais du brestois comme on l'a oublié : le pont des suicidés, celui du Bouguen qui mène à la fac, sans barricades pour éviter les comportements désespérés. C'est vrai que c'est haut par là et qu'il suffisait de sauter quand... La cité des Hespérides, où Arsène fait rien qu'à picoler et ne supporte guère ses voisins, des Laotiens ! Mais le jour où il se tire un coup de fusil dans le bras, son voisin sera là.

Briac et Coquil font revivre un Brest qui a disparu : celui de l'arsenal, plus affectueusement l'arsouille, de sa camaraderie, qu'Yvon Coquil connaît pour y avoir travaillé une trentaine d'années, parfois nourrie au gros rouge qui tache avant le "stage de voile à Ty-Colo" (la cure de désintox), et puis des bars où l'on fait son turf. Piquant son titre à un texte de Miossec, l'album est désespérément humain et noir, comme les dessins de Briac, qui collent à merveille à notre Brest.

Marc Suquet

partager sur facebook :