Le renard des grèves : 1 - 2

Jean FAILLER

Palémon, 2003
Vingt-deuxième aventure en deux tomes de Mary Lester



Où l'on retrouve Mary Lester, la jeune et jolie capitaine de police, enquêtrice officiant pour le compte de la PJ de Quimper, à Kerlaouen, gros bourg nord-finistérien de la Côte des Légendes ouvert sur la Manche. Après avoir résolu une affaire délicate qui l'avait amenée à Nantes, elle réintègre son service, mais à peine a-t-elle eu le temps de souffler que son patron, le commissaire divisionnaire Fabien, Directeur des Polices Urbaines, lui confie une nouvelle enquête dont les premiers faits remontent à près de vingt ans. En 1986, un bateau dont l'amarre avait été coupée au couteau s'est fracassé sur les rochers, résultat d'une malveillance dont l'auteur à ce jour n'a pu être démasqué. Les choses hélas n'en sont pas restées là ! Depuis ce premier naufrage, pas moins de quatre-vingts autres bateaux ont en effet été vandalisés par ce mauvais plaisant que la population locale a très vite nommé le renard. Les habitants du cru soupçonnent bien François Brendaouez dit Fanch, dernier goémonier de la place et un des derniers marins-pêcheurs professionnels du coin d'être le responsable de ces délits. Sans preuve. Et la situation empire, devient même explosive alors que l'enquête des gendarmes piétine. La colère couve à Kerlaouen et menace d'autant plus d'éclater que la vague de vandalisme a tendance maintenant à gagner la terre ferme. Des voitures et des remises sont en effet incendiées et les habitants qui s'inquiètent de plus en plus se sont organisés en patrouilles. S'il n'y a pas encore eu mort d'homme, cela pourrait bien se produire. Mieux vaut prévenir que guérir, raison pour laquelle le commissaire charge donc sa collaboratrice préférée de se rendre sur place incognito pour tenter de ramener le calme dans la bourgade. Mary, bien sûr relève le défi !...

Mary Lester est une héroïne sympathique, pétillante et dégourdie, intelligente, un brin impertinente et pleine de ressources qu'on a plaisir à retrouver d'aventures en aventures. Jean Failler nous offre ici, déroulée en deux volumes, agréablement écrite dans le style simple, fluide et direct qui lui est personnel, une intrigue bien ficelée, plantée dans un décor armoricain que tous les Bretons auront plaisir à reconnaître. Quelques longueurs, peut-être et une action peut-être un peu moins rythmée qu'à l'ordinaire, mais qu'importe ! L'intrigue est bien construite, bien menée, crédible, vivante. On ne s'ennuie pas et on passe un bon moment à se détendre en compagnie d'une héroïne qui n'a pas sa langue dans sa poche et demeure toujours aussi attachante. L'histoire s'inspire, comme la plupart des autres aventures de Mary Lester, d'un certain nombre de faits réels - des actes de vandalisme attribués par les habitants du port et de ses environs à un individu qu'ils ont surnommé "le Renard" - qui se sont déroulés depuis une vingtaine d'années dans la commune de Kerlouan, en pays pagan, et dont le ou les auteurs n'ont jamais pu être identifiés. Cette dernière enquête de Mary Lester a fait largement parler d'elle depuis sa publication puisque Elisabeth Salou, une habitante de ce petit port de la côte nord-finistérienne, épouse d'un marin-pêcheur auquel la rumeur locale prête, sans du reste la moindre preuve, le rôle du "Renard", s'étant reconnue sous les traits de l'un des personnages du roman - Gabrielle Brendaoue -, a poursuivi Jean Failler en justice pour atteinte à la vie privée. Le tribunal de grande instance de Brest lui a donné raison et a condamné l'éditeur à supprimer les passages où figure la plaignante. Si cette décision était confirmée en appel, l'écrivain a annoncé qu'il arrêterait sa série policière.

MGRB

partager sur facebook :