Les Aubes douces d'Aldalarann

François BOURGEON

Delcourt, 2014
Le Cycle de Cyann, T. 6



Suite et fin des aventures de Cyann, l'héritière sensuelle et sauvage de la dynastie Olsimar perdue aux confins des cercles de l'entretemps (non, vous n'aurez pas de résumé, penchez-vous sur la série). Elle accède enfin à la planète de son amour disparu Ilui, le dresseur de trotiles, après avoir permis à Eni Bolgome de venger Azurée. Sur Aldalarann, la belle Cyann Olsimar trouve enfin une opportunité d'abandonner le fardeau de sa vie passée et de démarrer une nouvelle existence. Une vie simple, communautaire, où elle s'autorise enfin à penser aux autres autant qu'à elle-même. Une vie qui lui permet aussi de trouver l'amour, fonder une famille, échapper au grand Orbe. S'apaiser, à jamais loin du monde qui l'a vue grandir et lui a tout pris.

Que dire sur l'achèvement d'un cycle d'une sommité du neuvième art ? Un bon niveau du dessin, un scénario qui se laisse suivre, une petite pirouette finale qui n'était pas très utile mais qui ne gâche pas trop un ouvrage somme toute mineur de ce grand monsieur qu'est François Bourgeon. Il n'aura pas réussi à me passionner pour sa créature. Trop tendance à avoir le téton pointu et les revendications puériles peut-être ? Il la lâche quand elle commence enfin à dépasser l'adolescence dorée et gâtée caricaturale de ses débuts. On ne réclame pas forcément des héros vertueux mais un minimum de qualités autres que son joli derrière et son intelligence non exceptionnelle n'aurait pas nui à la demoiselle. La fin de ce cycle n'est donc pas un drame mais laisse un petit goût de regret. Remarquez au passage que le bougre a du mal à clôturer les aventures de ses héroïnes avec panache. La fin des Passagers du vent avait déjà fait grimacer plusieurs générations de lecteurs fans de la belle Isabeau. Difficile de contenter tout le monde avec une conclusion à la hauteur de toutes les attentes. Enfin, peut-on raisonnablement en demander plus à Bourgeon et Lacroix qu'à Georges Lucas ? Il faut voir où est l'avantage de cette situation : le dessinateur va de nouveau pouvoir se consacrer à autre chose qu'à une brunette dénudée portée sur les cabrioles horizontales et les caprices.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :