Les Initiés

Thomas BRONNEC

Gallimard, 2015



Inutile de revenir sur l'intrigue, si rondement et succinctement résumée par l'ami Roque. Ministère des Finances françaises, jeu politico-médiatico-financier, laminoir du pouvoir administratif, alliances idéologiques ou d'intérêt, etc. L'habitude de l'auteur de naviguer dans les salons à l'atmosphère feutrée où les énarques font et défont la politique de l'Etat est mise au service d'une histoire précise et hautement vraisemblable. Malheureusement d'ailleurs ! Car pour le pauvre clampin moyen amateur de série noire, qu'elle semble loin la possibilité d'insuffler un brin d'équité au sein des décisions prises par les caciques de la rue d'Ulm en accord avec les lobbyistes les plus acrimonieux des grands banques nationales... Ne serait-ce que la description du fonctionnement des cellules ministérielles : changement fréquent de tête (le ministre) mais quasi-inamovibilité des chefs de cabinet, puissance estimée à l'aune du nombre de travées occupées par les bureaux des susdits, influence tacite des autorités sur les rapports des hauts fonctionnaires censés les contrôler. Antienne aussi longtemps entendue : le "faible" niveau des revenus accordés à cette prétendue élite administrative qui ferait fuir les meilleurs dans le privé (les banques donc, ou bien les grands groupes industriels ou financiers) et ne retiendrait que les médiocres ? Enfin, tous les ingrédients sont réunis pour captiver le lecteur tout en déclenchant subtilement l'effroi devant ces pratiques, où jamais on n'aura autant eu l'impression d'une collusion inacceptable entre politiques et financiers.

Parlons du style du livre : extrêmement bien écrit, un vocabulaire ciblé accompagné de notes de bas de pages suffisamment claires pour suivre le discours général, en nombre suffisant, sans excès. On aime aussi la construction du récit, qui adopte au fil des chapitres le point de vue d'un personnage différent à chaque fois et qui jette ainsi un éclairage riche sur les péripéties. Un excellent cru que ce premier polar, fin et riche, accrocheur et instructif. Vivement recommandé !

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :