Avis à mon exécuteur

Romain SLOCOMBE

Robert Laffont, 2014



"Il est difficile de quitter Staline.
Et on le quitte en général les pieds devant". (p. 36)

Washington D.C. : dans la soirée du dimanche 9 février 1941, un petit homme brun et nerveux, la cinquantaine, se fait inscrire à l'hôtel Bellevue, un hôtel bon marché, sous le nom de Victor Roudnev. Le lendemain matin, il est retrouvé mort d'une balle dans la tête, un Colt 38 reposant sur le lit à côté de lui. La police et le coroner concluent à "un suicide manifeste". Ce n'est pas l'avis de l'avocat de la victime qui révèle que le mort s'appelle en réalité Victor Krebnitsky. Krebnitsky est "le plus important transfuge des services soviétiques qui ait jamais débarqué sur le sol des Etats-Unis".

Ancien chef du renseignement soviétique en Europe de l'Ouest, il a écrit un livre, Au service de Staline, dans lequel il fait des révélations fracassantes et plus qu'embarrassantes sur "le Petit Père des Peuples" et les dessous de la politique soviétique. Pour l'avocat, il ne peut en aucun cas s'agir d'un suicide. Krebnitsky a été exécuté, selon toute probabilité, comme Léon Trotsky à Mexico six mois auparavant, par ses ex-camarades du NKVD. Le commanditaire, dans les deux cas, est le même individu : Joseph Vissarionovitch Staline !...

De plus, Krebnitsky ne répétait-il pas toujours "si on me trouve suicidé, c'est que j'aurai été assassiné" ?

C'est ainsi que débute le nouveau roman du toujours surprenant Romain Slocombe. L'auteur va ensuite nous relater l'histoire et les événements marquants de la vie de cet ancien agent du renseignement soviétique, membre du parti bolchevik depuis 1920. Et cela principalement à travers un journal rédigé par Krebnitsky, Le Grand Mensonge... Il y est question de la Guerre d'Espagne, des procès de Moscou, des purges et des exécutions commanditées par Staline, de la vie à Paris à la fin des années 1930... et de bien d'autres choses encore...

Personnage fascinant que ce Victor Krebnitsky, à la fois attachant, ambigu et terriblement humain... et qui a vraiment existé ! Il s'appelait en réalité Samuel Ginsberg, dit Walter G. Krivitsky. Séduit, intrigué par cet espion soviétique, Romain Slocombe en a fait le "héros" de ce roman en racontant sa vie et la modifiant parfois. Pour ce faire, "Romain Slocombe a dû ingérer une masse de documentation impressionnante" (cf la bibliographie à la fin de l'ouvrage : sept pages !).

Dans les romans de Slocombe qui mélangent fiction et réalité, on trouve souvent "des personnages réels" : Man Ray, Hemingway par exemple. Dans ce dernier roman l'auteur va encore plus loin. Il prend pour personnage central quelqu'un qui a vraiment existé et il bâtit son roman autour de lui. Romain Slocombe se veut romancier et non biographe et Avis à mon exécuteur est un roman, certes inspiré d'événements réels, mais un roman.

Roman d'espionnage, thriller politique, roman historique, histoire d'un homme torturé qui doute de plus en plus de son engagement, "histoire secrète" des années 1930, dénonciation d'un chef d'Etat et d'un régime totalitaire (dénonciation qui met à mal le mythe communiste), dénonciation également des intellectuels français ayant soutenu ce régime, Avis à mon exécuteur est tout cela à la fois. Un roman documenté, ambitieux, inquiétant voire effrayant...

Un roman passionnant ! Un grand roman !

Le roman d'un écrivain atypique et talentueux !

Roque Le Gall

partager sur facebook :