Et plus encore

Patrick NESS

Gallimard Jeunesse, 2014
Traduit de l'anglais par Bruno Krebs



Le jeune Seth, dix-sept ans, se dirige vers la mer en une froide matinée de début de printemps. L'issue à une vie cernée de toutes parts par le malheur, le désamour et la solitude est devant lui. Le suicide est la seule solution. Jouet des vagues, victime du froid polaire de la côte nord-américaine, il meurt noyé, fracassé contre les rochers... Puis se réveille dans un lieu d'une étrangeté mortifère. Une ville qu'il a connue autre fois, en Angleterre. Il est apparemment seul. Ce monde étrange tombe en ruines, est entièrement recouvert d'une épaisse couche de poussière et la végétation y a repris ses droits. Pendant plusieurs jours il erre de par les rues vides, en quête de nourriture, de réponses à ses questions, terrassé de loin en loin par des inconsciences qui le replongent dans sa vie d'avant avec une acuité surnaturelle. Mais que lui arrive-t-il donc ? Est-il mort, en enfer, ou bien suspendu et piégé dans l'infinitésimal moment où l'esprit lâche prise avant de s'éteindre ? Est-il bien vivant ? Et dans ce cas est-il le dernier représentant de l'espèce humaine ? Une rencontre se produit cependant, et il va devoir reconsidérer fondamentalement toute sa vie sous un éclairage nouveau... avant de choisir de la poursuivre ou pas.

Comme cela arrive souvent avec les livres appartenant aux littératures de l'imaginaire, il est très difficile de classifier celui-ci. Il faut bien se limiter à un genre et c'est le roman noir qui prédomine pour moi, mais j'aurais pu sans mentir y ajouter littérature jeunesse (parfaitement adapté aux tourments morbides de l'adolescence), roman fantastique (tellement le va-et-vient entre les deux réalités de la vie de Seth rend finement l'atmosphère schizogène) et science-fiction (oui oui, vous vous doutez bien qu'il y a un twist, je ne veux pas le gâcher !). C'est la première fois que je lis un livre de cet auteur. Oserai-je l'avouer ? C'est parce que j'en ai lu une critique élogieuse dans Télérama (il y a quelque temps). J'admets que j'ai été bluffée. Le style, précis ; le voyage intérieur dans l'esprit de ce garçon tourmenté, magnifiquement rendu ; une belle maîtrise du sens du rythme et de la montée de l'angoisse ; une atmosphère inquiétante à souhait... Il n'y a pas beaucoup de points noirs ! J'ai peut-être été un peu déçue par les quelques derniers chapitres. Un point d'appel vers une suite peut-être ? Je l'ignore, mais les derniers rebondissements ne m'ont pas entièrement satisfaite. Comme j'ai dit que je ne voulais pas gâcher le twist, je vous laisse le soin de découvrir pourquoi en lisant vous-même la chose, elle vaut largement le coup. Il faut cependant préciser que ça m'a beaucoup plu entre autres à cause d'une part introspective très large dans le récit. Bien que très ciblée adolescente, et donc égocentrique et complaisante dans l'auto-apitoiement, elle fait aussi la part belle à la passion et l'élan vital caractéristiques de cet âge, et le récit est illuminé d'une fièvre contagieuse. A tenter, vraiment. Pour ma part je vais tâcher de me lancer sur la piste d'une trilogie multi-primée qu'a écrite l'auteur, Le Chaos en marche. Le présent roman m'a donné envie de me plonger dans ses antécédents ...

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :