Et un, et deux, et Groix... zéro !

Michel DREAN

La Gidouille, 2014
Les Nouvelles Aventures de Léo Tanguy, T. 17



"La vie est toujours trop cruelle. Tout ce que nous pouvons faire, c'est essayer de passer la ballon et laisser le soleil briller. En espérant qu'il brille pour tout le monde." Eric Cantona (p. 7)

Plouguer, début août 2020. Léo Tanguy, dont les parents viennent de s'envoler direction le Mali, pour "des vacances humanitaires", se retrouve seul - ou presque seul - dans le penty familial. Il y a avec lui, Frilouz, le chien de la famille. Il y a surtout Soazig qui hante ses cauchemars. Soazig, l'hôtesse de l'air, son grand amour perdu dans le crash d'un vol charter il y a quinze ans. Un 15 août ! Dans quelques jours, ce sera "la date anniversaire de sa propre destruction". Plus le triste anniversaire tant redouté se rapproche, plus le spleen de Tanguy augmente. Un message de Gillou, un ami journaliste au Télégramme, va l'amener à réagir, à conduire son combi - et Frilouz - du côté de Lorient, où l'on fête en grande pompe le cinquantième anniversaire du Festival interceltique. En effet, l'attaquant vedette du FOL (Football Olympique Lorientais) a mystérieusement disparu. "A quelques jours de la reprise, ça la fiche mal..."

Léo, qui adore les cercles, les bagadoù et le football, voit dans cette enquête le moyen - peut-être - d'atténuer quelque peu le vague à l'âme qui le dévore... Il ne se doute pas encore qu'elle le mènera tout près du Trou de l'Enfer !

J'ai bien aimé ce second volet des "nouvelles enquêtes de Léo Tanguy", paru aux éditions La Gidouille, qui ont pris le relais de Coop Breizh, qui avait édité quinze investigations du "rouquin bedonnant avec casquette ringarde..." Oui, j'ai bien aimé ce récit de Michel Dréan. Pour des raisons très subjectives, je le reconnais volontiers.

* Tout d'abord, l'auteur situe l'essentiel de l'intrigue à Lorient, une ville qui m'est chère... depuis longtemps... pour des raisons très personnelles...
* Il nous entraîne également à Groix, l'île des sorcières, une île pittoresque que j'ai eu le plaisir de découvrir il y a quelques années. Par contre je n'ai pas souvenir du "Trou de l'Enfer".
* L'intrigue tourne autour du football et du Club de Lorient. Or il se trouve que, comme Léo Tanguy, j'aime le foot (enfin, de moins en moins !), et en particulier l'équipe de Lorient, façonnée par un entraîneur mythique (aujourd'hui sélectionneur de l'équipe d'Algérie) qui a prôné le jeu collectif, la maîtrise technique, le dynamisme et l'enthousiasme...
* J'aime également les bagadoù, tout comme notre cyber journaliste non conformiste.
* Quand j'aurai dit que j'ai beaucoup apprécié les rencontres et discussions avec les deux éditeurs de "La Gidouille", j'en aurai pratiquement terminé avec "les raisons subjectives" qui ont contribué à me faire aimer cette 17e enquête de Léo Tanguy...

L'auteur a imaginé une intrigue habile et captivante dans une ville qu'il connaît parfaitement, avec pour arrière-plan le Festival interceltique. Tout comme il connaît parfaitement le milieu du football, sa part d'ombre, ses magouilles. Un problème très actuel...

Autour de Léo Tanguy, il fait évoluer adroitement des personnages, sympathiques ou non, mais tous hauts en couleur. Et surtout il nous dépeint un Léo Tanguy qui n'a jamais été aussi désespéré. Un Léo Tanguy qui se penche sur sur passé. Un Léo Tanguy épuisé, vide... au bord du gouffre...

Tout cela avec une belle écriture et un ton qui ne manque pas d'humour. Un très agréable moment de lecture.

"Et un, et deux, et Groix... Bravo !"

Roque Le Gall

partager sur facebook :