Le projet Mars

Andreas ESCHBACH

L'Atalante, 2004
Traduit de l'allemand. Première parution dans la langue originale en 2001.



Mars, an 36. Les jours s'écoulent paisiblement pour la petite communauté de la cité martienne établie non loin du gouffre de Jefferson. Parmi les quelque deux cents colons, quatre enfants grandissent avec les mêmes préoccupations que leurs cousins terriens, à cette différence près qu'ils sont reclus dans une étroite station, entourés des immensités martiennes qu'ils rêvent d'explorer de fond en comble. Hélas, leurs projets sont réduits à néant lorsque les autorités terriennes décident de rapatrier l'ensemble de la colonie en mettant purement et simplement un terme à l'aventure martienne. Mais les enfants ne l'entendent pas de cette oreille, notamment la bouillante Elinn qui, persuadée d'avoir découvert la preuve de l'existence d'une vie extra-terrestre sur Mars, est bien décidée à tout faire pour rester et entrer en contact avec les Martiens...

Une fois n'est pas coutume, c'est manifestement vers un jeune public que s'est tourné cette fois-ci Andreas Eschbach, ce qui ne manquera pas de dérouter ses fidèles lecteurs, et il est bien regrettable que l'Atalante n'ait pas jugé bon de les en avertir, ne serait-ce qu'en quatrième de couverture. Cette importante réserve étant formulée, force est de constater qu'Andreas Eschbach s'est très bien tiré de ce périlleux exercice et qu'il y a manifestement pris plaisir. Rafraîchissant contrepoint à l'impressionnante mais tellement aride trilogie martienne de Kim Stanley Robinson, Le projet Mars fait découvrir au lecteur les principales caractéristiques de la planète rouge sans le noyer sous des informations scientifiques qui s'accumuleraient au détriment de la narration. Ici, c'est l'intrigue qui prime, sans que cela empêche de s'instruire.

Sans doute en raison du public visé, le propos reste bien naïf et manque peut-être d'originalité... Ou disons plutôt qu'Andreas Eschbach ose se placer à contre-courant de la science et de la littérature SF actuelles en osant évoquer, encore aujourd'hui, la possibilité d'une vie extra-terrestre sur Mars ! Toujours est-il qu'il se dégage de l'ensemble une poésie qui comblera d'aise les adolescents et fera passer un agréable moment aux adultes qui ont su garder leur âme d'enfant.

Mikael Cabon

partager sur facebook :