Le Dragon Griaule

Lucius SHEPARD

J'ai Lu, 2013
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel Brèque



Sur une terre vaste et luxuriante, Griaule, un dragon millénaire long de deux kilomètres, fait régner la terreur sur la vallée des Carbonales. Ou plutôt faisait. Car le géant cracheur de feu fut pétrifié par un puissant mage, qui mit ainsi fin à son règne de destruction. Depuis, la créature reste inerte et fait aujourd'hui partie du paysage. Devenu montagne monstrueuse, créature de verdure, Griaule le Grand est immobile à jamais. Seulement voilà. Un dragon immobile n'est pas un dragon mort. Il est toujours conscient et son aura maléfique exerce une influence funeste sur l'esprit des habitants de la vallée. Une ambiance délétère règne dans les villages moroses, exacerbant les pulsions de violence et de vice. L'auteur raconte le parcours de six personnages sans rapport entre eux, chacun subissant d'une manière ou d'une autre l'influence néfaste du dragon. A la fois élément central et secondaire, Griaule s'insinue dans les replis de l'esprit, jusqu'à brouiller la frontière entre la volonté des personnages et la sienne, assumant un statut de quasi-divinité.

Explorant en profondeur les thèmes complexes et universels de la foi, du libre arbitre et du destin, Lucius Shepard semble vouloir faire passer un message théologique vaguement anticlérical. Les six nouvelles, publiées séparément sur plusieurs années, sont inégales dans leur longueur comme dans leur qualité. Le concept est en revanche parfaitement maîtrisé : sans être simultanées, les histoires font partie de la même ligne temporelle sur laquelle plane l'ombre de Griaule. Omnipotent et omniprésent, ce dernier est le fil rouge qui assure la cohérence de la narration.

Alain

partager sur facebook :