La Longue Guerre

Stephen BAXTER, Terry PRATCHETT

L'Atalante, 2014
La Longue Terre, T. 2, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Mikael Cabon



Depuis la découverte du Passage, la Terre, ou plutôt la Primeterre comme on l'appelle à présent, a bien changé. L'humanité s'est clivée en deux sous-groupes distincts : ceux qui sont restés, ceux qui sont partis. La diaspora humaine s'est répandue dans des millions de mondes parallèles, ce qui fait dire aujourd'hui aux scientifiques comme aux religieux que nous sommes à l'abri de l'extinction totale. Plus une météorite ne nous fait peur ! Nous ne connaîtrons pas le sort des dinosaures... Cela fait vingt ans maintenant que les pionniers/colons aménagent des communautés plus ou moins autarciques, idylliques, mystiques, etc. essaimées de plus en plus loin de notre monde d'origine. Lobsang et Josué se sont quittés fâchés, Sally Linsay continue d'arpenter la longue Terre avec passion et égale misanthropie. Nous sommes entrés en contact avec plusieurs espèces évoluées : les trolls, mais également les kobolds et les beagles (non je ne vous dirai rien, vous n'avez qu'à lire !). Nous nous sommes comportés comme d'habitude, comme des crétins finis dans une grande majorité de cas tristement illustratifs. Et un hurluberlu fascisant à la tête des Prime-USA a décidé pour couronner le tout de lancer une armée de dirigeables (des twains, comme on les appelle) à travers les mondes afin de réaffirmer l'autorité de la Primeterre sur ses migrants. Bien entendu un autre hurluberlu utopiste a riposté en publiant une déclaration d'indépendance des mondes colonisés, l'intitulant "Déclaration de Walhalla".

La Longue Guerre va-t-elle commencer ? Sommes-nous assez idiots pour réitérer cette sotte habitude de prendre les armes malgré l'évanouissement de la principale cause des guerres de ces deux derniers millénaires, à savoir la conquête de territoires et des richesses qui y sont attachées ? Renouvellerons-nous aussi cette consternante tradition qui consiste à asservir les étrangers pacifiques et différents que nous rencontrons (les trolls pour ne citer qu'eux) ? Que de défis en perspective...

Les deux auteurs continuent de filer leur métaphore du renouvellement humain avec un récit confortablement installé dans son rythme de croisière. Les personnages du premier tome n'évoluent pas beaucoup mais continuent à remplir leur rôle. Il y a de nouveaux arrivants intriguants, j'ai pour ma part apprécié l'intervention du révérend Azikiwe (je vous laisse le plaisir de le découvrir). Ce deuxième récit tient honorablement les promesses du premier, mais sans plus. On y trouve une somme de questions philosophiques assez intéressantes mais pas assez exploitées, une limite de l'écriture à quatre mains ? Par exemple, j'aime cette idée que nous pourrions arrêter de nous taper dessus stérilement si nous avions suffisamment de place pour nous sauver loin à chaque fois qu'on vient nous voir avec un fusil à la main. Mais quelque part l'idée n'est pas assez développée ni étayée. Ce que j'attends d'un récit de SF de qualité, c'est entre autres une démonstration convaincante (avec en plus un certain sens du suspense ou bien un récit un peu serré, qui tient en haleine). Or on ne m'ôtera pas de l'idée que la compétition est inscrite dans nos comportements depuis si longtemps qu'il faudrait plus qu'une génération pour s'en débarrasser, ce qui n'a pas l'air d'être l'opinion des deux compères qui pilotent l'histoire. Enfin bon, je chipote là-dessus mais loin de moi l'idée de prétendre que je ne me suis pas plu à lire la suite des aventures de Lobsang et Josué. J'ai eu une petite déception toutefois. Josué est marié, a un enfant à présent. Mais ce nouveau statut de notre asocial préféré, qui est devenu également le maire de sa communauté, reste à l'état d'ébauche et n'est pas vraiment intégré dans son personnage. De même Lobsang, qui n'est pas plus creusé dans ce tome que dans le précédent, reste un concept plus qu'une vraie personne. Moralité, j'attends avec plaisir un troisième tome mais sans impatience.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :