Mystère en Atlantide

Sylvie MILLER, Philippe WARD

Critic, 2014
Lasser, détective des dieux, T. 3



Toujours attablé au Sheramon, Jean-Philippe Lasser se délecte de son précieux seize ans d'âge. Plus pour très longtemps car les dieux ont décidé de faire appel à lui. Cette fois, c'est Zeus en personne. La déesse Isis lui a prêté "son" détective. L'affaire est des plus coriaces. Il faut retrouver l'Atlantide, disparue depuis trois mille ans. Notre détective n'a pas le choix, il doit accepter malgré son appréciation très modérée de l'élément liquide. Heureusement, les dieux payent bien et Lasser peut compter sur ses amis pour venir à bout des difficultés.

Sylvie Miller et Philippe Ward auraient pu se reposer sur les lauriers des deux premiers tomes. Ce serait mal connaître le duo. Le premier tome montrait l'univers, le second le cultivait. Quant au troisième, il chamboule tout, et ce dès les premières pages. Les auteurs n'hésitent pas à jouer avec ce fabuleux univers pour le plus grand plaisir des lecteurs (et des auteurs dixit Sylvie Miller). Comme pour un grand roman feuilleton, on suit l'intrigue principale et l'enquête se dénouer petit à petit. Premier changement, Lasser et ses compagnons voyagent à travers la Mare Nostrum. Goélette, sous-marin, tapis-volant... Tous les déplacements sont prévus. Bouts, boulons, ris, ancre, il ne manque rien. Sylvie Miller, experte en mécanismes divers y veille. Quant au déplacement dans le Nautilus, c'est un bel hommage à Jules Verne.

Les personnages rencontrés sont hauts en couleurs. La mythologie grecque n'a jamais été autant remaniée. Homère aurait-il apprécié la parodie de son oeuvre ? Sûrement, puisqu'elle s'en fait "la suite". Seuls les dieux restent fidèles à eux-mêmes : tyranniques, imbus de leur pouvoir. Véritable "page-turner", Mystère en Atlantide réserve son lot de surprises : retournements de situation, confessions de personnages, mais les auteurs n'essayent pas d'épater le lecteur. Ce n'est pas un catalogue de chapitres chocs ou d'effusion de sentiments. Savamment dosé, le rythme du récit sait se modifier alors que le tempo est toujours allant (andante pour les musiciens). Une jolie performance pour un pavé de 350 pages.

Le premier tome m'avait enchanté, le deuxième moins, mais ce troisième tome retrouve toute la verve et le dynamisme de la série. Après la lecture de ce livre fort en émotions et en surprises, on prie les dieux pour un quatrième tome.

Temps de livres

partager sur facebook :