Mauvais Genre

Chloé CRUCHAUDET

Delcourt, 2013



Pas facile de ne pas participer à la guerre dans les tranchées. Alors quand son copain reçoit un obus juste devant lui, Paul Grappe se coupe un doigt, pensant que le cauchemar se terminera ici pour lui. Malgré le pus généreusement donné par son voisin d'hôpital et étendu sur son doigt pour allonger la durée de sa blessure, Paul, guéri, doit être renvoyé au front. C'est pourquoi il déserte, aidé par sa femme, Louise. Mais caché dans une chambre d'hôtel et confronté à des souvenirs de tranchée, Paul craque. Seule solution, se déguiser en femme. Pendant dix années, Louis va devenir Suzanne, féminisant son apparence physique et ses gestes. Après la victoire, il deviendra même dentellière. Mais l'histoire du couple ne s'arrête pas là : échangisme au bois de Boulogne mais aussi alcool, la situation est délicate.

Voilà un album émouvant, inspiré de faits réels. L'auteur avoue tout de même que le scénario a été un peu modifié par rapport à la réalité : ainsi le vrai Paul a-t-il déserté dès le début de la guerre. La transformation de Paul en Suzanne est progressive et saisissante : le travail de l'auteur, Chloé Cruchaudet qui a passé beaucoup de temps à détailler les gestes communs à chacun des deux sexes.

La description d'une longue solitude à deux. Deux personnes qui se perdent et se retrouvent jusqu'au saut final. L'ensemble est souvent noir, parfois très noir, comme durant la guerre où les planches de l'album suent la terreur.

Une histoire pleine d'humanité et de sensibilité dans le Paris des années folles. Un album qui mérite ses prix (Landerneau 2013 et BD de l'année pour Lire, coup de coeur du festival de Saint-Malo et grand prix ABCD) à côté duquel notre association éponyme, avec un s tout de même, ne pouvait passer.

Marc Suquet

partager sur facebook :