Pazuzu

Marc VILLARD

Invenit, 2013



"Pazuzu est de retour. Les impurs qui ont eu l'outrecuidance de le souiller de leurs mains détestables ont péri !" (Le Démon de la Tour Eiffel, Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, Tardi, p. 24).

"Myriam fait les routiers, les bourgeois qui s'encanaillent et les accros aux extérieurs. Elle est black, un peu boulotte et va sur ses vingt-six ans..." Parfois, elle voudrait bien "lâcher l'affaire" et mettre le cap sur Bamako... Alors qu'elle est "en plein travail" dans la camion du gros Fernand, elle réalise qu'elle attend ses règles depuis bien six semaines. Elle a envie de garder l'enfant et de donner un héritier à sa famille du Mali. Oui, mais voilà ! Hatem ne l'entend pas de cette oreille. Hatem ? "Un ancien comptable reconverti dans l'économie libérale..." bref, son souteneur. Une seule solution pour Myriam, fuir et se cacher. Mario, "l'attendrisseur de prostituées d'Hatem", est à ses trousses. Il faut faire un exemple : buter Myriam qui a demandé l'aide du professeur Amine, grand marabout de la Goutte d'Or. Celui-ci lui remet un talisman porte-bonheur. Une copie du démon Pazuzu. Protégée par la statuette assyrienne, Myriam, en théorie, ne risque plus rien. En théorie...

Que dire à propos de Pazuzu ? J'ai l'impression d'avoir déjà tout dit à propos des livres de Marc Villard. Je ne peux que me répéter... Essayons tout de même. Dans un entretien avec Richard Comballot (Temps Noirs n°7, 2003), Marc Villard a déclaré : "Je ne mise pas tout sur l'intrigue... Je mise tout sur le reste - les personnages, les dialogues et le style."

- L'intrigue de "Pazuzu". Un thème récurrent. Intéresse Marc Villard - entre autres thèmes - "tout ce qui touche à la rue et au trottoir : la misère, la prostitution" (Jean-Bernard Pouy, vieux complice de Marc Villard). Ici, l'intrigue est des plus simples. Une prostituée s'oppose à son souteneur et se met ainsi en danger de mort...

- Les personnages. Relativement peu nombreux. Hatem, le souteneur. Son homme de main, Mario. Janis, l'amie de Myriam. Myriam, le personnage central, volontaire, attachante, mais une perdante a priori. Amine, le marabout... Et surtout ne pas oublier Pazuzu, la statuette porte-bonheur.

- Les dialogues et le style. Concis, sans fioritures, percutants, précis, efficaces...

Pazuzu est une nouvelle démonstration du talent et la virtuosité de Marc Villard qui confirme qu'il demeure l'un des meilleurs nouvellistes français contemporains. Pazuzu est un petit bijou d'écriture qui m'a littéralement enchanté...

Roque Le Gall

partager sur facebook :