Beso de la muerte

Gilles VINCENT

Jigal, 2013



Quel lien y a-t-il entre ce corps de femme découvert totalement cramé et l'assassinat de Garcia Lorca en 1936 ?

Gilles Vincent, l'auteur, semble branché Espagne : il suffit de lire la dédicace de son nouveau roman "A celle qui m'a fait tant aimer l'Espagne". Pas facile pour Thomas Roussel, flic, de découvrir que la femme calcinée au lance-flamme, qui a aussi été totalement tabassée avant, est son ex, Claire ! Et pourtant, le flic a eu bien du mal à en finir avec Claire : dépression, alcool. Il croyait en avoir fini avec elle et avait rencontré Délia. Mais la veille de son mariage, Thomas reçoit un coup de fil de Claire, paniquée.

Sa passion, à Claire, c'est l'étude de l'Espagne contemporaine, la guerre civile, les crimes impunis. Mais aussi, la lutte des gouvernements français et espagnols contre les GAL, les Groupes antiterroristes de libération, qui se réfugiaient en France après leurs attentats en Espagne. S'approcher tant de la vérité que l'on risque sa vie : "el beso de la muerte".

On croise des persos intéressants, comme ce général au passé nationaliste inquiétant. Dommage tout de même que le perso de Claire, qui est au centre du bouquin, ne soit pas un peu plus travaillé. Tout comme celui de la commissaire Aïcha Sadia.

Côté histoire, le contexte est fouillé. On ne se souvient pas toujours des méthodes de barbouzes utilisées contre les terroristes de l'ETA, même si cette dernière est responsable de la mort de 829 personnes de 1968 à 2010. N'oublions pas non plus l'engagement de Garcia Lorca du côté des républicains, fusillé par les franquistes et dont les oeuvres seront censurées jusqu'en 1953.

Des phrases évocatrices : "Du café d'autoroute à 1,50 euro la dose, mousse fadasse, panne de sucre et touillette en plastique en prime". Des phrases qui font bondir : "La démocratie s'arrête là où commence l'intérêt supérieur de l'Etat", que l'on doit à Charles Pasqua.

Un bouquin agréable et qui coule comme Djebel précédemment chroniqué sur ce site.

Marc Suquet

partager sur facebook :