Mordre le bouclier

Justine NIOGRET

Mnémos, 2011



Dans le tome 1, nous avions laissé Chien du Heaume à Castel de Broe alors qu'elle venait de perdre à la fois ses doigts et Noalle. Autant dire que ce roc, animé par la recherche éperdue de son nom, est anéanti. Ce deuxième tome va la voir se reconstruire petit à petit grâce à Bréhir la guerrière. Toutes deux vont achever la quête de Bréhir chacune y trouvant le salut.

Ce deuxième roman de Justine Niogret m'a totalement envoutée au même titre que le premier. Pourtant, ces deux parties d'un même cheminement n'ont pas grand-chose à voir l'une avec l'autre. Autant Chien du Heaume était bruit et fureur, autant Mordre le bouclier est intime. La langue de Justine Niogret, qui m'avait déjà emballée dans le premier tome, est ici plus maîtrisée encore et il en ressort un ambiance d'une tristesse infinie, comme celle que nous pouvons ressentir lors d'un travail sur soi, mais qui au bout du compte nous remplit d'énergie et d'envie d'avancer. Et c'est ce qui se passe pour Chien. Elle découvre le monde en laissant derrière elle ce passé ravageur et cette quête car après tout "un nom ne vaut pas toute une histoire."

Ce livre est juste formidable et j'encourage les amateurs d'heroic fantasy à se plonger dedans pour en ressortir plus riche, plus beau et plus ouvert.

Annecat

partager sur facebook :