L'Homme de Lewis

Peter MAY

Actes Sud, 2013
Traduit de l'anglais (Ecosse) par Jean-René Dastugue



L'inspecteur Fin Mcleod est comme un vieil ami que l'on est content de retrouver au fil des pages. J'ai avalé le roman avec gourmandise.

Tout comme dans les romans de Camilla Läckberg où on est heureux de retrouver Erika, ici, c'est l'ex-policier Mcleod, que la vie n'a pas épargné, qui nous embarque dans ces enquêtes à travers son histoire et celle de ses proches. Des décors grandioses pour le huis clos des îles écossaises, face aux éléments.

Dans L'Homme de Lewis, les personnages sont attachants, profonds. Le personnage de Tormod Macdonald, qui nous fait vivre la maladie d'Alzheimer de son point de vue, est saisissant.

A lire sur la lande avec un verre de Talisker pour s'immerger dans l'ambiance.

Jean-Marie

partager sur facebook :