Ouessantines

NICOBY, Patrick WEBER

Vents d'Ouest, 2013



On le savait, être accepté dans une île, c'est pas toujours coton, mais, à Ouessant, ça tient du prodige ! C'est cette rudesse que va subir Soizic, qui souhaite vraiment tourner une nouvelle page de sa vie. Tout ça pour ouvrir une maison d'hôtes qui affiche devant son portail son nom délicieusement ringard : "Le rêve de Soizic". Sa seule copine sur l'île : Marie. Un poil austère comme sait l'être Ouessant mais aussi fondamentalement attachante. Pour s'intégrer, Soizic va même jusqu'à fréquenter l'église le dimanche matin. C'est là qu'elle apprend que Marie s'est pendue !

J'adore les îles : un truc que j'ai toujours kiffé grave. Depuis Belle-Ile, que je connais depuis presque cinquante années, en passant par Sein, Groix, Houat, Bréhat, la Martinique, j'y ai toujours trouvé une rudesse mais aussi une sincérité et une fidélité. Un truc vrai, quoi. Alors, une BD sur Ouessant, je l'ai ouverte avec délice et je n'ai pas été déçu.

Dès le bateau dans lequel on ne peut s'empêcher de scruter les gens présents : voilà donc ceux avec qui je vais partager un moment. Et puis, le bateau, le seul lien avec les autres, avec la France. La p'tite Soizic, ils sont rudes avec elles les gars d'Ouessant. A commencer par Caradec, qui assure les travaux dans son gîte quand il veut le bien, pas toujours quand ça arrange Soizic, bien sûr. Mais aussi les pipelettes qui traitent son gîte de maison de passe parce que deux femmes, hôtes de Soizic, se promènent en se tenant par la main...

Et puis, derrière cette rudesse, ce passé qui se cache et que l'on ne souhaite pas vraiment remuer. Un passé qui taraude le groupe de vieilles femmes, les corneilles d'Ouessant, le club des harpies. Bien vue la vie de cette communauté, dominée par quelques personnages comme le curé. Juste l'histoire un peu fleur bleue avec l'instit du village, Erwan, mais un peu de tendresse ne fait pas de mal dans cet album.

Un roman graphique qui confronte la vie de Marie avec ses hôtes parfois un peu trop parisiens mais aussi avec le roc qu'est Ouessant.

Mais quelle communauté qu'une île !

Marc Suquet

partager sur facebook :