Ralliement

William R. FORSTCHEN

Milady, 2009
Le Régiment perdu, T. 1, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Karim Chergui



Guerre de Sécession. Le régiment du 35e du Maine n'a plus sa réputation à faire. Il est de toutes les batailles et son commandant, le colonel Keane est apprécié. Celui-ci a besoin de tout son savoir quand lui et son régiment sont transportés dans un autre lieu. Est-ce la Terre ? Pas sûr. La peuplade rencontrée vit au moyen-âge féodal et s'exprimerait comme les anciens Russes. Dans ce monde, le régiment ne se pliera ni aux règles de l'église en place, ni à celles de la noblesse. Comme ils l'ont fait face aux confédérés, ils sont prêts à se battre pour la liberté. Une idéologie et des techniques qui surprennent les habitants. Ceux-ci pensent au changement. Ces gens venus d'Amérique se battraient-ils contre les Tugars qui les maintiennent en esclavage ?

Ce premier tome (sur neuf en VO) du Régiment perdu est une bonne surprise. En lieu et place d'un héros qui change un nouveau monde, nous avons six cents hommes qui le font, sauf que :
? malgré leur engagement dans l'armée de l'union, ce ne sont pas des militaires de carrière
? ce nouveau monde est dépourvu de technologie.

L'auteur réussit à mettre en avant chacun des personnages, qu'il soit soldat ou officier. Le régiment du 35e, allié au 44e d'infanterie ont un vécu au début de l'histoire. Ils sont obligés d'improviser sur place comme ils l'ont déja fait. Petit à petit, ils vont installer une véritable place forte avec extraction de minerai, moulin, fonderie. Alors qu'ils étaient perdus, le savoir-faire de chacun permet de résister à l'ennui et d'avancer.

En face, on a ce régime féodal basé sur la noblesse et la religion. On apprend bien vite que sous l'apparence d'un gouvernement brutal se cache la sauvegarde d'un peuple. En effet, une troisième race habite ce monde. Les Tugars, qui maintiennent les humains en esclavage et s'en servent comme de bétail. Malheureusement pour les Rous' (le gouvernement en place) et le 35e, les Tugars sont en avance cette année. Ils viennent prendre la récolte (humaine) plus tôt, suite à une mystérieuse épidémie.

Saga entre fantasy et western, le Régiment perdu se lit avec plaisir. L'auteur prend soin de raconter les évènements par le biais des principaux protagonistes (Tugars, Rous', Américains). Complot politique, survie du régiment, avancement technologique, tout est évoqué minutieusement. Si les Américains semblent la solution aux problèmes, on prend vite parti pour les Rous' qui essayent de survivre dans ce monde sans loi. Une découverte à suivre.

Temps de livres

partager sur facebook :