Le Chant des sirènes

Guillaume BIANCO

Soleil, 2012
Billy Brouillard, T. 3



Troisième tome des aventures de Billy Brouillard dans le pays mortifère de l'enfance et de ses fantasmagories, Le Chant des sirènes est un hymne aux amours de vacances. Pas de couleur pastel ou même un peu dorée pour estomper les pérégrinations de Billy et de sa voisine Prune, les deux soeurs Jeanne et Abigale, chacune à une extrémité du prisme féminin. Cette fois-ci c'est le monde sous la mer qui est l'objet de la fascination de Billy pour le froid, le visqueux et le vaporeux. Il n'aurait pourtant jamais cru que l'été pourrait être si fascinant. Heureusement les sirènes sont là pour enchanter un quotidien qui serait bien morne entre colliers de coquillages et poulpe mijoté par mémé Sardine. Hélas, elles sont sujettes aux insolations, ces créatures des profondeurs marines. Prune tombe malade et délire sous l'effet de la fièvre. Seul Billy sait de quoi il retourne cependant, les adultes n'ont encore rien compris. Pour sauver son amie des griffes des démons du sixième cercle, Billy luttera pied à pied avec des monstres indescriptibles, jusqu'au maître des enfers en personne, Albucard ! De quoi enchanter tout un hiver avec des souvenirs inoubliables.

J'avais déjà dit tout le bien que je pensais du premier tome dans une précédente chronique. La qualité ne se dément pas au fil du temps et ce troisième opus est encore un enchantement rare. On est toujours plus dans le roman graphique que dans la BD. Le récit s'émaille de digressions fantastiques sur des personnages fabuleux : la fille aux chats, la petite sirène qui ne voulait plus en être une. On aime également les pages fantomatiques et farfelues sur le monde de Guillaume Bianco, morbido-steampunk. Un enchantement vous dis-je ! Devrait figurer dans toutes les bibliothèques de Noël, de Pâques et d'Halloween.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :