J'aurai ta peau, Dominique A

Olivier BALEZ, Arnaud LE GOUEFFLEC

Glénat, 2013



Dominique A, je connaissais que de nom. A mon age, je suis plutot Pink Floyd ou Genesis. Donc j'ai été taper son nom sur Deez.... (non, nous somme sur un site associatif et sans aucune mention publicitaire, et c'est tellement bien...). L'a plutôt une belle voix le gadjo !

Curieuse, l'idée de cet album qui est venue à la tête des deux auteurs dans un café : à la fin d'un concert, le chanteur reçoit par lettre la menace reprise dans le titre de l'album. Une menace qui fait dire à son manager "génial, ça n'arrive qu'aux stars" ! En attendant, Dominique flippe : au détour de ses loges, dans sa douche, ou dans sa chambre il croit trouver son tueur. Est-ce son fan favori qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau ? Mais pourquoi lui, qui ne fait pas de politique, n'écrit pas de chanson sataniste, ne brûle pas de billet de banque à la télé... ?

J'aime bien le scénario d'Arnaud Le Gouëfflec, un truc un peu zarbi et un titre qui ne manque pas d'intriguer son lecteur : il a une vie si dangereuse, ce Dominique ? L'histoire se complète d'interrogations du chanteur : aurais je pu faire autre chose (ben non, visiblement rien, et franchement à le voir dessiné en blouse blanche ou en soutane, ça le fait moyen comme destin !), sa propre célébrité (il déconne, son pote Philippe Katerine de dire à son copain que sa carrière est restée... confidentielle)... Rigolo aussi de rentrer dans la vie des artistes, les fans un peu crampons qui poursuivent leur idole jusque dans son supermarché préféré, les invitations sur scène total impro...

Côté dessin, Balez fait dans le simple mais expressif et efficace.

Même si Dominique A ne vous est pas familier, comme moi, on passe un bon moment avec cet album au scénario un tantinet déjanté. Et puis, le chanteur avoue lui-même dans la préface de l'album s'y retrouver plutôt bien. Même sa copine y a reconnu son chéri ! Pour le troisième opus musical du duo Le Gouëfflec/Balez, après Topless ou Le Chanteur sans nom, c'est plutôt bon.

Marc Suquet

partager sur facebook :