J'aurai ta peau, Dominique A

Olivier BALEZ, Arnaud LE GOUEFFLEC

Glénat, 2013



"J'aurai ta peau, Dominique A". Telle est la teneur de la lettre anonyme que reçoit un jour le chanteur. Qui lui aurait adressé ce message de haine ? Un fou dangereux ? Un pro exaspéré par un des coups de gueule par la bande dont il a le secret ? Un fan déçu par sa période "bobo-poète maudit-expérimental-le public n'y comprend rien et je l'emmerde" ? (Non, ça, le chroniqueur l'invente, c'est pas dans la BD.) Surtout, pourquoi une telle menace le viserait-elle, lui ? Comme se plaît à le souligner avec une arrogance bonhomme son ami Philippe Katerine, il n'est ni extravagant ni particulièrement populaire... Pas de quoi susciter la jalousie... Entre errance et introspection, Dominique A mène sa petite enquête...

Nouvelle collaboration d'Olivier Balez et de notre ami Arnaud Le Gouëfflec, J'aurai ta peau Dominique A est un ouvrage pétri d'une poésie et d'un humour absurde qui sont devenus la marque de fabrique du tandem. On découvre un Dominique A touchant d'humanité tant il semble dépassé par les événements, à côté d'un Philippe Katerine plus vrai que nature. Le dessin s'adapte parfaitement à cet univers déjanté, comme c'était déjà le cas dans les autres collaborations des deux auteurs, que nous avions aussi beaucoup appréciées (Topless, Le Chanteur sans nom).

Tout au plus pourra-t-on faire un peu la fine bouche devant un dénouement fort drôle mais... un peu décevant. On sent que Le Gouëfflec en avait encore sous la pédale, qu'il pouvait aller un peu plus loin dans l'absurde et dépasser le stade de la simple pochade. Il n'était pas loin de se hisser au niveau de Dans la peau de John Malkovich, annoncé comme référence par l'éditeur, et c'est à ce titre un peu frustrant.

Un très bon album, cependant !

Louis Hervé

partager sur facebook :