Mapuche

Caryl FEREY

Gallimard, 2012



"Raconter l'ineffable, c'était le revivre, laisser monter l'angoisse, le chagrin, la douleur. Parler, c'était redonner à ses tortionnaires le pouvoir de l'écraser."

"On ne se quitte plus, si je comprends bien, insinua Ruben.
? Non... non, répéta-t-elle, on ne se quitte plus... jamais !"

Bien sûr, Mapuche est un polar, un thriller dans toute l'acceptation du mot : haletant, violent, extrêmement noir. Vous prendrez la route avec Ruben et Jana et je peux vous assurer que vous irez jusqu'au bout.

Mais ce n'est pas que ça ! C'est aussi une histoire d'amour, de reconstruction. Ruben et Jana sont tous les deux brisés par un pouvoir qui les dépasse. Ils se sont tous les deux enfermés dans un lieu où plus grand-chose ne les anime si ce n'est la colère. Ils n'ont plus rien à perdre et c'est cela qui les rend forts. Puis, sans qu'ils s'y attendent, ils se reconnaissent. Et ça nous fait du bien à nous aussi, cet Amour, car à partir de là le récit glisse dans une traque haletante et aussi impitoyable que le fut l'histoire de l'Argentine.

Allez-y donc, n'ayez pas peur d'être scotché à votre fauteuil et d'avoir les "pieds qui transpirent" même si par certains aspects et avec un peu de recul on peut regretter un léger côté "Rambo" à la fin.

Annecat

partager sur facebook :