Pike

Benjamin WHITMER

Gallmeister, 2012
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jacques Mailhos



Pike, c'est le vieux de la vieille. Le genre truand qu'a vécu et qui revient. Mais plutôt rangé, à bosser pour son copain et rénover des apparts. Mais quand une prostituée lui ramène Wendy, sa petite-fille c'est le premier choc. Et le deuxième ne tarde pas quand il apprend que sa fille Sarah, la mère de Wendy, est morte d'overdose. Mais Derrick Krieger, un vieux flic pas clean, commence à tourner un peu trop autour de Wendy...

Question style, c'est rapide et efficace. Genre : "[Dana] entre par la porte, le pelvis graisseux en avant, vêtue d'un manteau rose qui semble être passé sous un camion poubelle." Les chapitres sont introduits par des phrases assez perso : "Il a toute la panoplie de la virilité, sauf les parties importantes."

Mais j'ai trouvé le style, sec, trop sec. Le scénario est presque trop simple. Des chapitres bien courts pour installer une ambiance. Et pourtant, c'est parfois fait en deux pages, comme la scène prenante de la soeur de Rory brûlée par un poêle. Mais une histoire qui n'avance guère au fur et à mesure du livre. Bref, j'ai eu du mal à accrocher à cet univers de violence et de noir urbains. On n'apprend que peu de choses sur les personnages et ça devient frustrant au fur et à mesure de la lecture. J'ai lu le livre de Benjamin Whitmer en restant spectateur d'une histoire dans laquelle je ne rentrais jamais vraiment. Mais peut être est ce moi ?

Marc Suquet

partager sur facebook :