Paris-Brest et autres nouvelles

Thierry C. DAUBRÈGE

Page à Page, 2003
Premier recueil de nouvelles



Treize nouvelles à la douzaine !
  1. "Crash" : Youenn de Kernec, ingénieur en poste en Guyane doit prendre l'avion pour rentrer en métropole. La veille de son départ, il se prend une cuite mémorable...
  2. "Marie-B" : Foncièrement anticléricale, Marie-Bernadette devient mystique en découvrant une forme d'extase orgasmique...
  3. "G = 9,81 m/s" : Fanch Le Bihan, SDF, tient le journal des suicidés du pont de Plougastel. Un journaliste s'intéresse un temps à lui...
  4. "Hors-concours" : Pas de chance pour la personne que l'on classe trente et unième dans un concours où seuls sont pris en compte les trente premiers. La trente et unième va se venger sur les trente reçus en faisant le ménage...
  5. "Rossinante" : Lors de la finale d'un concours de boules bretonnes, un pauvre gosse qui rêve de s'offrir un vélo affronte le champion en titre...
  6. "Lola" : Lola, quatorze ans, pute de banlieue, ne fait pas confiance aux hommes...
  7. "Alice, Alice, Alice" : histoire d'une collectionneuse amoureuse d'un play-boy...
  8. "Les dents" : Amis de toujours, Pierre-Marie et François sont nés le même jour dans des fermes mitoyennes. François part faire son service en Algérie tandis que Pierre-Marie, père de famille, reste au pays. Lorsqu'il revient trois ans plus tard, ce n'est plus le même homme...
  9. "Lanterne rouge" : Frédéric doute de la fidélité de sa compagne...
  10. "Brest-Paris" : Une bourgeoise devient nymphomane...
  11. "Katia" : Une épouse prépare un dîner avec la maîtresse de son mari...
  12. "Tel fils" : La vie de Kévin, pas encore dix ans, enfant de la zone que tous les enfants de l'école surnomment le sumo est un vrai calvaire. Echec scolaire pour cet enfant solitaire livré à lui-même. Désert affectif : milieu social défavorisé, mère prostituée très tôt partie du foyer familial, père qui n'est pas son géniteur (sa mère a fait endosser la paternité de cet enfant non désiré à un manutentionnaire analphabète, ni violent ni grossier mais client assidu) qui le nourrit plus qu'il ne l'éduque sans jamais lui manifester de tendresse dans la ZUP brestoise où il a élu domicile, pas de copains, pas d'amis. Mais Kévin n'accepte pas qu'on le rejette et il se venge comme il peut...
  13. "Au bout du rouleau" : Mort à vingt ans, écrasé par un rouleau compresseur, il gagne sa place au paradis et le droit de conserver au ciel un objet terrestre qu'il gardera pour l'éternité...

Ensemble fort agréable à lire de nouvelles pour le moins troublantes et qui racontent des tranches d'une vie ordinaire qui tout à coup bascule... La superbe photographie qui illustre la couverture de "Paris - Brest et autres nouvelles" symbolise à merveille le contenu. Un empilement de galets qui proviennent d'une région littorale... Les Bretons que nous sommes pensent bien sûr tout de suite à la nôtre. D'autre part, la localisation régionale des nouvelles - entre Rennes et Brest, en passant par Quimper et Landerneau - qui composent le recueil crée un plaisir supplémentaire de lecture et apporte aux lecteurs bretons un degré supplémentaire de réalité aux histoires, un peu comme l'impression ressentie à la lecture d'un fait divers relaté dans un quotidien local et dont les acteurs sont des gens ordinaires... Un empilement de galets de tailles diverses en équilibre fragile et qui semblent irrémédiablement voués à dégringoler ou basculer dans l'ombre, comme les personnages des différentes nouvelles de Thierry Daubrège. Mais qui sont ces personnages ? Des êtres décalés. Certes. Urbains ou campagnards, ce sont cependant nos contemporains, qu'ils aient vécu au début du siècle, à l'époque de la guerre d'Algérie ou à l'époque actuelle. Ils sont issus de toute les classes sociales, mais jamais n'échappent à leur condition, c'est-à-dire que les faibles resteront faibles comme les forts resteront forts, car les histoires que nous conte Thierry Daubrège demeurent toujours noires, cyniques, sans pitié, cruelles et parce que, généralement, elles finissent mal ! Cela dit, tout cela est fort bien écrit, avec beaucoup d'humour et le lecteur est tenu en haleine. On attend avec une certaine jubilation le moment où cela va saigner. Autant l'annoncer également, on n'est jamais déçu !

Un bon moment de lecture et un auteur à suivre, assurément !

MGRB

partager sur facebook :