Supplément d'âme

KOKOR

Futuropolis, 2012



Qu'il pleuve, qu'il vente, ce gars rondouillard, genre fonctionnaire discret, s'assoit tous les jours, à l'heure du déjeuner, devant le port de Dublin. Un seul objectif : être peinard ! Chacun l'observe, l'épie : Willie, l'artiste en pleine déprime qui vient de se faire larguer mais aussi Camille, le Frenchie venu en Irlande pour prendre le poste de responsable du SAV d'une société qui n'en a pas tellement besoin et encore tout les salariés de l'immeuble d'en face. Alors, quand un jour l'homme ne vient plus s'asseoir, tous ces observateurs sont perdus....

L'album aurait pu être poétique et charmant mais à l'arrivée il est un peu fleur bleue et embêtant. Beaucoup de cases à lire, pas toujours passionnantes et qui rompent le rythme de l'histoire. Des élans un peu charmants comme le mouvement pour la paix que l'homme a lancé sur les réseaux sociaux mais dont on ne comprend guère à quoi il aboutit. Le parti pris humaniste du scénario est un peu gâché par le survol des personnages qui empêche de s'y attacher. A rester dans le mystère, l'auteur perd un peu son lecteur qui effleure l'histoire sans jamais la faire sienne. Fort heureusement, il reste le dessin : celui des villes, de leurs perspectives, le tout en sépia plutôt sympa.

Un album qui m'a déçu d'un auteur que j'ai par ailleurs apprécié dans Balade balade.

Marc Suquet

partager sur facebook :