Lorna - Heaven Is Here

BRUNO

Glénat, 2012



Bizarre, cet Henry Luxe-Butol qui se transforme en araignée géante mais qui est également l'inventeur d'un développeur pénien, le Priaps. Mais aussi ces femmes nues géantes, machines destinées à rencontrer la race humaine. Ou encore, Monstrula, le fantassin du futur que l'on peut téléguider à souhait grâce à une puce implantée dans son cerveau.

Le sous-titre de cet album est tiré de chansons de Sarah Brightman mais aussi de Bonnie Tyler : ambiance délicieusement ringarde garantie ! Le dessin de l'album est simple : traits sans détails et utilisation obsédante de trois couleurs : blanc, noir et orange. L'originalité de Heaven is here tient plutôt à son scénario : de l'histoire d'amour difficile avec une star du porno, avec dessins un tantinet olé-olé à l'appui, aux expériences scientifiques douteuses, l'intrigue remue son lecteur.

L'album est truffé de références : de King Kong transformé en immense femme de cinquante mètres se promenant nue à travers la ville, à docteur Folamour, avec ses bombes lancées par des militaires dingos. Mais aussi docteur Jekyll et ses transformations. Fat man est le nom de la bombe larguée sur Nagasaki en août 1945. Quant au look d'Helmut (p. 112), il rappelle curieusement la figure en haricot du professeur Calys de L'Etoile mystérieuse.

Original, sans plus. Attention : pas franchement destiné aux jeunes lecteurs !

Marc Suquet

partager sur facebook :