Enfants de poussière

Craig JOHNSON

Gallmeister, 2012
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sophie Aslanides



Quasiment plus personne ne veut accompagner Walt Longmire quand il sillonne les routes qui sont sous sa juridiction. Chaque portion signifie pour lui, depuis plus de vingt-cinq ans qu'il les fréquente, un ou plusieurs accidents de voiture tragiques ayant abouti à l'annonce d'une catastrophe pour les familles concernées. Etrangement, le cadavre pour lequel il est appelé en cette soirée de juillet et qui trône dans un fossé ne paraît pas être le résultat d'une combinaison hostile de pluie, d'alcool et de vitesse. Une jeune fille asiatique court-vêtue et sans voiture, le cou brisé, pas de chaussures... Le shérif n'a besoin que d'un coup d'oeil pour se rendre compte que c'est une jeune Vietnamienne qu'il a devant lui. Un autre battement de cils, et une flopée de souvenirs le submerge. Il a été, il y a si longtemps maintenant, enquêteur chez les Marines pendant la guerre, stationné à côté de Saïgon. Il sait à coup sûr reconnaître ce peuple qu'il a côtoyé de manière si terrible. L'enquête autour de ce corps martyrisé ramènera dans ses filets beaucoup de réminiscences sanglantes, un frère d'armes éloigné de plus de deux mètres de haut, un trafic ignoble, la nation cheyenne et sa sagesse des anciens. Ne ramènera pas une charmante adjointe fuyante comme un crotale, Cady en pleine convalescence et sa mémoire en compote, la nation cheyenne et son tomahawk des forces spéciales, un vrai repas chaud, une nuit complète dans un vrai lit. Qui croirait la vie si palpitante dans le comté d'Absaroka, Wyoming ?

Qui a dit qu'il fallait lire les livres dans l'ordre de parution pour une série ? Il n'a pas complètement tort et pas complètement raison. Craig Johnson sait comme quelques autres écrire et décrire des personnages et des communautés attachantes auxquelles on se réjouit de se frotter. Dans ce quatrième tome des "aventures" de Walter Longmire le shériff, on lit un chassé-croisé entre son enquête présente et ses souvenirs d'ancien combattant. C'est l'occasion de faire connaissance avec les enfants de poussière qui donnent son titre à l'ouvrage. Produits de l'union de soldats américains et d'autochtones, ces personnes ont fait l'objet d'une loi spéciale dans la constitution qui leur permet d'émigrer aux Etats-Unis avec des facilités depuis 1989. Craig Johnson fait de l'histoire des rejetons de ces couples illégitimes une intrigue palpitante et poignante pour ces exilés volontaires du comté le moins peuplé d'Amérique du Nord. Quelques éléments manquent de l'opus précédent pour comprendre tout ce qui se joue entre Walt et Vic, Walt et Cady, Cady et Michael (eh oui, je n'ai pas encore lu le numéro trois). Et puis, l'intervention de Virgil l'Indien géant dans le cours de la vie du bureau de Walt est passionnante. Ce que l'auteur intègre de la vie des "natives" à ses récits est instructif, et jette un éclairage cru sur les multiples injustices dont ils ont pu être l'objet dans la société nord-américaine. Enfin, ce que je trouve des plus plaisant, c'est qu'il me reste encore deux livres du sieur Johnson pour me régaler avant de devoir ronger mon frein et attendre les suivants au rythme des traductions et parutions. Bigre, que c'est stimulant !

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :