Tortuga, T. 1

Antoine BRIVET, Sébastien VIOZAT

Ankama, 2010



1664, l'île de la Tortue n'est plus le port de la flibuste. Son dernier chef a été abattu deux ans auparavant. Son navire, le Marv Harrek, se désagrège petit à petit. Eric Gorsen, un mystérieux négociant venu de Nantes, s'intéresse à ce passé. Ce que n'aime pas l'actuel gouverneur, Juan Valverde.

Depuis quelque temps, les histoires de pirates sont à la mode. On pouvait donc se méfier de ce premier tome de Tortuga. A tort ! Cette histoire, conçue par deux auteurs de talent, sera un diptyque. Sébastien Viozat s'est inspiré des histoires classiques, issues de romans ou de livres documentaires. A ses côtés, Antoine Brivet fait éclater son art, alors que c'est sa première parution.

Ce premier tome nous fait découvrir les personnages et une ambiance très caractéristique. Il faut voir Eric déambuler dans l'île à la recherche des souvenirs de la flibuste. Taverne mal éclairée, lieux secrets et décors exotiques sont les divers lieux que nous allons découvrir à la lecture. Classique ? Peut-être, mais n'oublions pas le navire espagnol, le Potente. Celui-ci est équipé de tunnels à vent. Si on y ajoute ses canons, cela fait de ce vaisseau une arme redoutable. Cette entaille à l'histoire permet à Sébastien Viozat d'écrire une uchronie rafraîchissante. Ses personnages ont un caractère que le style d'Antoine Brivet ne fait que renforcer. Ce ne sont plus des figures, ce sont des trognes. Et si certains personnages semblent beaux, c'est qu'ils ont quelque chose à cacher.

Tortuga est une bande dessinée populaire. Les auteurs ont le sujet à coeur. A n'en pas douter, les lecteurs se réjouiront des aventures de ce premier tome. Ho hisse et une bouteille de rhum !

Temps de livres

partager sur facebook :