Chouette

Carl HIAASEN

Gallimard, 2010



Le jeune Roy Eberhardt vient d'arriver du Montana. En fait il vient d'un peu partout et de nulle part : en dix ans, lui et ses parents ont déménagé huit fois ! Mais là, ils sont installés en Floride, et ça craint. Pas de montagnes, un lycée dans lequel il fait une fois de plus figure de pièce rapportée, ce qui signifie très souvent pour les petites brutes tortionnaires qu'il est le postulant idéal au titre de souffre-douleur de l'année. Quand le plus bête et le plus gras d'entre eux, Dana Matherson, décide de lui faire sa fête à bord du bus de ramassage scolaire, c'est pourtant pour le plus grand bien de l'adolescent. Qui aurait dit qu'une tentative de strangulation amènerait Roy à connaître des hurluberlus dignes de devenir de vrais amis ? Des péripéties s'enchaînent alors, pieds nus, en vélo, sur la thématique des crêpes et des chouettes de terrier...

Carl Hiaasen est un heureux compère. Grand amoureux de sa Floride natale, il égrène au long de ses romans un chapelet fait de personnages hors du commun, attachants car rebelles, excentriques, droits à leur manière, et militants activistes de la cause des écosystèmes. Certains de ces personnages sont récurrents (on se souviendra, pour ceux qui connaissent, du gouverneur de Pêche en eaux troubles et De l'orage dans l'air, entre autres) et d'autres non. Ici il nous livre un one-shot estampillé jeunesse de qualité, belle camaraderie, des méchants qui perdent, des p'tites chouettes sympas qui gagnent grâce à leurs champions. Attention, on n'est pas dans la bibliothèque verte, c'est du vrai polar pour "djeuns", avec des situations sociales pas drôles et des vilains qui se contentent d'être de faux génies du mal, juste pervertis par la finance et l'appât du gain. Que des choses de la vraie vie, racontées avec humour, abordables pour les adolescents sans mièvrerie. De quoi les changer du Clan des sept et de Fantômette sans plonger sur Jean-Bernard Pouy tout de suite. Un "chouette" cadeau à faire à vos ados. Ils en redemanderont sûrement...

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :