Rasta Solitude

Philippe CURVAL

Flammarion, 2003



Un recueil de onze nouvelles qui nous transportent en des lieux aussi divers que la région parisienne, la Crête, le Cap Vert, les Caraïbes, mais qui toutes, entre introspection et spéculation, traitent de la solitude. Celle de l'étranger, du déraciné, de l'émigré, de l'être marginal... Concentrons-nous sur l'une de ces nouvelles, "Blanche-Neige et un seul nain", histoire de donner un aperçu de l'ensemble. Nous sommes dans un monde futuriste, non loin du lac Baïkal. Les machines intelligentes ont pris le pouvoir. Une jeune femme est sauvée d'une mort certaine par un nain priapique qui passe ses nuits à travailler à un projet secret dans son laboratoire et ses journées à violer ladite jeune femme, laquelle semble accepter relativement bien son infortune. Dans cette lutte sans merci ni répit que mène l'humanité contre les machines, une lutte qui semble perdue d'avance tant ces dernières semblent proches d'avoir mené à son terme l'extermination de l'espèce humaine, entre deux sodomies, la jeune femme se pose des questions existentielles. Quelle place reste-t-il à l'homme sur cette terre ? Où va le monde ? Ai-je vraiment mal ? Que restera-t-il à manger demain ?...

Journaliste, romancier, nouvelliste, anthologiste, photographe et amateur d'art, Philippe Curval ne se présente plus. Aujourd'hui septuagénaire, écrivain d'expérience toujours aussi passionné par les littératures de l'imaginaire, il fait partie de ces gens qui, dès le début des années cinquante, ont activement participé au mouvement littéraire dont est issue la science-fiction française et n'ont jamais cessé depuis lors d'oe'oeuvrer afin d'apporter au genre français une identité propre en plus d'une originalité incontestable et de lui gagner de nouveaux talents. Il nous offre ici un recueil dont les thèmes et le traitement des histoires, amusantes, fantaisistes, drôles ou étranges, singulières, parfois particulièrement cruelles, sont loin d'être inintéressants. Les questions que se pose l'ultime Blanche-Neige humaine reviennent régulièrement dans les nouvelles qui composent le recueil, certaines de manière intérieure, presque philosophique, d'autres s'imposant plus trivialement. La sueur, le sang et le sperme semblent bien être le sel de la vie si l'on se fie à ces histoires. Tout cela est bien écrit. Peut-être peut-on regretter que ces textes manquent un peu de pêche, de rythme et de dynamisme. Ou bien encore que l'auteur ne s'attarde pas suffisamment à développer les questions sur le bien-fondé et les dangers des avancées technologiques. Il nous pousse néanmoins à la réflexion.

Bref, en dépit de ces tout petits bémols, un ensemble agréable à lire. Et cela d'autant plus que certaines nouvelles s'imposent comme un pur bonheur jubilatoire !

MGRB

partager sur facebook :