(Vue d'artiste)

MASSE

Glénat, 2011



Où cet hurluberlu qu'est Masse confronte deux personnages, comme dans les deux du balcon. Cette fois-ci les compères grimpent une échelle métaphysique et linéaire en discourant allègrement astrophysique, astrologie, philosophie et art graphique, avec un petit passage par le catch féminin...

Il serait vain de tenter de résumer l'album. Il est presque aussi compliqué de donner un aperçu du résultat de ce mélange audacieux en forme d'hommage à quelques-uns des plus grands peintres ayant posé palette sur toile. Picasso, Kandinsky, Chagall, Miró et d'autres encore sont convoqués dans le panthéon foutraque de cet auteur à part, et c'est une réussite. Il faut cependant avertir le lecteur : ce n'est pas une BD comme les autres, et bien que son nombre de pages soit tout à fait raisonnable, sa lecture demande calme, bonne disposition d'esprit et temps libre (personnellement deux bonnes heures). On en ressort ravi, pas sûr d'avoir tout compris, enchanté de la dégustation picturale et de la poésie surréaliste du texte. Une oeuvre ardue se terminant en apothéose avec un clin d'oeil merveilleux à l'oeuvre précédemment citée. Onirique et érudit, vivement coloré et halluciné, absurde et cohérent, bienvenue chez Masse, la noblesse du pinceau alliée à l'esprit et à l'humour.

Une révélation (je sais, je retarde, le monsieur a commencé avant ma naissance, c'est dire...) !

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :