Seth

Xavier DORISON, Fabien NURY, Christian ROSSI

Dargaud, 2011
W.E.S.T., T. 6



Pendant que Morton Chapel est entre la vie et la mort, l'équipe de W.E.S.T au complet le recherche. De l'autre côté, Seth et Megan Chapel traversent le pays en direction de Valeria City. Johan Verhagen, le grand-père de Megan les y attend, là où tout a commencé. Une course poursuite infernale dont l'enjeu est la vie de Megan et la mort de Morton.

W.E.S.T ou Weird Enforcement Special Team. Si les apparences font penser à la série télé Les Mystères de l'Ouest, c'est s'arrêter à la surface d'une histoire. Xavier Dorison et Fabien Nury ont inventé un scénario complexe et logique. C'est le dénouement des cinq livres précédents que nous retrouvons ici. Chaque protagoniste est détaillé dans sa psyché. Si nous avions un bref aperçu de la folie des membres de W.E.S.T, ou si nous voulions nous la cacher, elle apparaît évidente. Morton Chapel qui veut tuer sa fille, Kathryn Lennox qui pense que Megan est "simplement" folle, Angel Salvaje qui doit finir l'exorcisme qu'il a commencé, et enfin les deux hommes armés : Bart Rumble, peut-être le plus raisonnable et Joey Bishop, la machine à tuer. Et Seth ? Double personnalité de Megan Chapel pour les uns, démon voulant s'incarner en humain selon les autres. Les auteurs vont jouer avec les nerfs des lecteurs jusqu'à la dernière planche, pour donner une solution. Quant aux personnages secondaires, ne les croyez pas angéliques. Tous les protagonistes ont une face cachée.

Si le duo Dorison-Nury écrit une histoire efficace et complexe, n'oublions pas Christian Rossi qui a travaillé le dessin et la couleur. Les cinq premiers tomes prouvaient que le dessinateur avait de la ressource, qu'il savait prendre des risques aussi bien dans les ambiances à rendre que dans les cadrages des dessins. Ce dernier tome est magnifique. Il suffit de regarder la couverture et le dos de celle-ci : simple, élégant, sans artifice. Le dessin est efficace, il n'est pas surchargé de détails, mais il reste beau grâce à une maîtrise de la mise en couleur. Dans cet album, il y a des planches sans bulle. Christian Rossi a su les mettre en valeur, dès la première page. Nous sommes prévenus si nous ouvrons ce livre : chaque planche est une histoire à elle seule.

Un sixième tome époustouflant au niveau de l'intrigue et des moyens scénaristiques mis en oeuvre : planches sans bulle, flash-back, scène onirique... Le dessin accompagne le scénario en donnant corps et âme aux protagonistes. Rien n'est épargné au lecteur. Chanceux lecteurs que nous sommes de pouvoir lire cette fin de cycle. La série W.E.S.T fait partie de ces livres qu'on se doit de posséder dans sa bibliothèque.

Temps de livres

partager sur facebook :