Champs de ténèbres

Alan GLYNN

Presses de la Cité, 2004
Premier roman. Traduit de l'anglais. Première parution dans la langue originale en 2002.
Coll. Sang d'Encre



Il souffre, il n'en a plus pour très longtemps. Lui c'est Eddie Spinola. C'était un modeste rédacteur-correcteur. Ce n'était pas un raté, mais il n'avait pas pris les bonnes décisions. Puis il en avait pris : la MDT 48. Cette pilule vient d'un laboratoire vaudrait 500 dollars. Eddie l'essaye et se voit métamorphosé. Ses capacités sont décuplées. De travailleur passable, il devient brillant et monte très vite les échelons de la société. Mais pour rester en haut, il faut continuer à prendre cette substance... Ceci est sa descente aux enfers.

Premier roman d'Alan Glynn, Champs de ténèbres est un thriller dont le déclencheur serait de la science-fiction : une pilule qui augmente nos capacités cérébrales. Pas d'effet secondaire, pas d'addiction a priori, cette drogue imaginée est un vrai paradis. L'auteur se sert de ce fantasme de junkie. Les différentes parties qui jalonnent ce livre sont écrites différemment. On croise le Eddie Spinola qui n'a pas su saisir sa chance, qui rate les bonnes occasions, puis l'évolution en courtier de la bourse qui connaît le vocabulaire sur le bout des doigts. Chaque "Eddie" est différent, dans sa façon de parler, d'interagir avec les personnages. Selon une écriture parfaitement maîtrisée, le lecteur aura l'impression de parcourir un sujet fait par un collectif d'auteurs. Dans un style différent, on pourrait le rapprocher de l'oeuvre Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. La pilule en question, si elle permet d'influencer les capacités intellectuelles et les facultés, ne pourra remettre en cause le fonctionnement profond du consommateur. Eddie était quelqu'un qui ne finissait jamais ce qu'il avait commencé. Malgré ses réussites grâce à la MDT 48, il restera quelqu'un qui ne conclut jamais ses affaires. Alan Glynn fait le portrait au vitriol de toute cette société qui a réussi dans les années 80, ces "nouveaux riches", obligés d'emprunter ou de dévorer les plus petits qu'eux. Une société où la loi du plus menaçant est la meilleure. Tous les personnages sont maîtrisés. Du dealer au P.-D.G. d'entreprise, les personnages prennent vie avec tous leurs défauts.

Première claque d'Alan Glynn, Champs de ténèbres est une réussite multiple. Réussite au niveau de l'écriture, riche et facile à lire. Les thèmes s'entremêlent, mais restent distincts. Une critique jouissive des golden boys et de la nouvelle mafia. Si cela ne suffisait pas à vous donner envie de lire ce livre, je pourrais le comparer à la substance en question : en lisant le texte, la compréhension semble immédiate, puis il faut bien le finir. Seul problème, l'explication du livre devient floue. Une seule solution : le relire, encore et encore. Champs de ténèbres a été adapté au cinéma sous le titre Limitless avec Bradley Cooper et Robert de Niro.

Temps de livres

partager sur facebook :