Après l'homme

Richard MARAZANO, Hua SHANG

Dargaud, 2011
S.A.M., T. 1



Dans un futur probable, presque toute vie aura disparu d'une mégalopole. Les survivants se cachent où ils peuvent jusqu'à ce que les vivres s'épuisent. A moins que les robots ne les retrouvent. Comme d'autres survivants, Yann et ses compagnons s'aventurent à la surface pour trouver nourriture et médicaments. Alors qu'il s'aventure plus loin, Yann est repéré par un robot, mais celui-ci ne le supprime pas. Par curiosité, et parce qu'il s'y connaît en mécanique, Yann va démonter la machine géante, malgré les récriminations de son groupe... Sans oublier le danger de se faire repérer et d'être suivi, au risque d'entraîner l'extermination de la population restante...

Richard Marazano a la particularité d'écrire des scénarios simples en apparence, et terriblement humains. Encore une fois, il nous prouve ce talent à travers les questions que se pose Yann. Si la série S.A.M est en quatre tomes, ce premier album ne sert pas qu'à la mise en place de l'intrigue. j'irais même jusqu'à écrire qu'il peut se lire individuellement. On se déplace dans une ambiance crépusculaire, où le désespoir n'est jamais loin. Les conditions de vie sont extrêmes et vivre est un challenge. La communauté dont fait partie Yann rassemble uniquement des enfants et des adolescents. Chaque personnage semble avoir une responsabilité (Yann est le mécanicien, Cassandre, le scout). La technologie décrite semble avancée (robots, beeper), mais les armes qu'utilisent les "héros" sont contemporaines. Une ambiance post-apocalyptique pour le futur probable et le décor, mais la technologie utilisée me ferait penser au Cyberpunk. Ce n'est que supposition.

Pour la plupart d'entre nous, Shang Xiao était un nom inconnu. Il ne devrait pas le rester longtemps. Son trait rappelle la bande dessinée asiatique, mais on sent d'autres influences et c'est ce mélange qui fait qu'on remarque le dessin. Loin des copier-coller "On est tout seul mais on va survivre", Shang nous offre des planches où l'être humain est constamment présent. La technologie n'entre pas ou peu en compte. Pas de gros plan sur des armes, ou sur la complexité des robots. Ils feraient presque partie du décor. Justement, parlons du décor ! Quelques plans nous montrent une ville détruite, mais sinon, la presque-totalité des planches se passe en sous-sol, dans l'obscurité. Malgré cela, les détails abondent.

S.A.M est un condensé de bonnes idées. Scénario qui se finit, dessins et couleurs superbes de précision. Voilà un duo d'auteurs qui se sont trouvés. La série sera en quatre tomes, mais on ne sait pas encore comment l'histoire va évoluer. Un album à posséder de toute urgence. Petit bonus : les pages intérieures montrent le design des enfants, des robots et leurs armements respectif.

Temps de livres

partager sur facebook :