Soeur Onden

Pierre BORDAGE

L'Atalante, 2011
La Fraternité du Panca, T. 4



La jeune Klarel d'Albad affronte un épineux problème : elle a bien reçu le cakra, arme fatale symbiotique qui la désigne et la protège comme part d'une chaîne quinte du Panca. Cependant il lui manque son âmna, et elle n'a aucune idée de la manière dont elle va pouvoir rallier la lointaine planète où elle doit retrouver le cinquième et dernier maillon. De plus la moitié des galaxies connues semblent se liguer pour contrecarrer la formation de cette puissante et mystérieuse alliance. A l'autre bout de l'univers deux maîtres mercenaires, guerriers parfaits, tacticiens hors pair, sont lancés sur les traces de soeur Onden. Ossia et Qwor sont payés une fortune pour la retrouver et empêcher ce qu'ils croient être la destruction prochaine de l'humanité. Enfin, sur la planète Iox un adolescent du nom de Bent, délaissant les plaisirs effrénés réservés aux jeunes gens de son âge, se perd dans les méandres du temps à la poursuite d'une femme magnifique bien qu'odieusement défigurée. Elle le poursuit dans des visions d'une telle intensité que le garçon se jette dans de mystérieux flux qui le priveront pourtant à coup sûr de ceux qu'il aime. Ces trois trajectoires convergent dans le bras de Persous pour le rendez-vous ultime de la fraternité. Bien des péripéties en perspective.

C'est le quatrième et avant-dernier tome de la saga des frères du Panca de Pierre Bordage. Difficle de maintenir un rythme homogène sur un tel nombre de pages ! Autant, par exemple, les notes de chaque début de chapitre pouvaient être plaisantes dans les opus précédents, autant elles finissent par perdre de leur intérêt ici, quand elles ne sont carrément pas une solution de facilité pour l'auteur pour balancer une porte de transition ou de sortie pour ses personnages sans se fatiguer. Les Orvers qui sont sur la planète de Bent des prédateurs redoutables sont sur d'autres mondes quasi invisibles et demeurent inconnus du reste de la galaxie. Quels sont leurs pouvoirs ? D'où viennent-ils ? Que voient-ils ou reconnaissent-ils dans le jeune héros ? Mystère. L'âmna manquante de Klarel lui est apportée sur un plateau par un Sâtnaga et un inconnu dont on n'a pas entendu parler avant, qu'on ne reverra plus après. Pourquoi et comment ? Là aussi, mystère. Et le reste est à l'avenant. On manque ici d'un héros, là d'un vaisseau ? Et hop ! Une petite note vaguement illustrative et le tour est joué. Un peu perturbant de la part d'un auteur d'une telle qualité. On espère vivement que le prochain tome relèvera le niveau que ce dernier volet vient de faire vilainement chuter. Soyons honnête, le récit est quand même plaisant : belle fluidité d'écriture, pas de niaiserie non plus, on l'avale sans rechigner. Bientôt le dernier... On espère une belle chute.

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :