La Fuite

ANLOR, GALANDON

Bamboo, 2011
Les Innocents coupables, T. 1



1912. Jean, Adrien, Miguel et Honoré, quatre ados qui ont fait quelques c... Capturés, ils sont envoyés à la colonie pénitentiaire des Marronniers, un endroit d'où on ne s'évade pas. Et pourtant, les quatre compères ne s'avouent pas vaincus, refusant d'être écrasés par le système.

Les colonies pénitentiaires sont de véritables bagnes pour enfants qui y subissent des mauvais traitements physiques et jusqu'à des sévices sexuels. L'une des plus dures est celle de Belle-Ile-en-Mer, où sont envoyés des ados de plus de treize ans, condamnés le plus souvent pour des vols qui font hélas sourire aujourd'hui (tuile d'église, saucisse...). On peut être condamné par le curé du village pour des raisons qui semblent totalement ridicules : "fume ostensiblement, ne retire pas sa casquette et tient des propos irrévérencieux au passage d'une procession". On trouvera ici un poème de Prévert, écrit après la révolte des enfants de la colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer.

Au menu de la journée des quatre enfants de l'album : casser des cailloux, se geler les pieds dans des sabots ou encore devenir le mignon du capo local... Bref, un endroit particulièrement dur pour des ados de cet âge ! Pour résister aux Marronniers, chacun à sa technique : prétendre que l'on est le fils de Jules Bonnot ou relire sans cesse les lettres de sa famille. La colonie pénitentiaire, c'est aussi une histoire d'amitié qui naît dans le panier à salades entre les quatre gosses qui savent que leur seule chance est de rester unis. Et puis, omniprésente, une citation : le vrai courage ne se laisse jamais abattre.

J'ai bien aimé cet album, pour son sujet d'abord. Les colonies pénitentiaires sont une vraie page, peu glorieuse, de notre histoire et ne sont guère traitées en BD. J'ai aimé également les détails donnés sur chacun des quatre : de sa vie passée, de ses réactions dans la colonie ou encore du méfait commis (pour Jean, c'est le vol d'un saucisson !). Le dessin d'Anlor est plutot agréable, sans trop de détails. La colorisation, elle, est un peu trop ordinateur à mon gout.

Une série qui démarre plutôt bien !

Marc Suquet

partager sur facebook :