Un amour de Marmelade

Olivier SUPIOT

Glénat, 2011



Dans la mégalopole de Lutetia, le professeur Louys s'est transformé en un blob vert et gluant, suite à un plongeon bien involontaire dans la matière de sa vie, le Mélakron. Devenu Marmelade, il cherche à retrouver son amour, Mathilde, qu'il n'a jamais oublié, avec l'aide de Blanche, une journaliste capable de traverser les parois.

Une belle surprise, cet album de Supiot ! Le scénario d'abord avec un look savant fou qui plane sur Marmelade, vert, gluant et des mains qui repoussent quand on les coupe. La ville est celle que l'on imagine quand une science folle a pris le pouvoir, une dictature des blouses blanches divisant les habitants entre possédants, créchant dans la partie superbe de la ville, et celle des petites gens, "que les novateurs cherchent à oublier". Bref, un cadre intéressant à cette histoire.

Marmelade est un perso intrigant, à la recherche de l'amour de sa vie d'avant, de son ami Appolo qu'a une tronche pas bien engageante et qui fréquente les boxons, mais aussi d'un meurtrier qui se fait passer pour lui. La fin de l'album est un joli rebondissement, auquel je ne m'attendais pas et que je ne vous raconterai pas, bien entendu !

Quant au dessin, ben c'est super aussi. Suffit d'admirer le cimetière des machines (p. 98), mais aussi les couleurs chaudes du canal Saint-Martin (p. 84) ou celles de la mort de Mathilde (pp. 94-95) qui transforment cette page en un vrai tableau. Faudrait pas oublier que l'auteur à gagné le prix du meilleur dessin à Angoulème en 2003 !

Je ne connaissais pas beaucoup Supiot. Après la lecture de cet album, je suis définitivement conquis !


Marc Suquet

partager sur facebook :