Les Princesses aussi vont au petit coin

Christophe CHABOUTÉ

Vents d'Ouest, 2011



Sous ce charmant petit titre qui fait conte d'enfant, se cache la dernière histoire de Chabouté : un évadé d'une clinique psy qui fait du stop et monte dans le combi VW d'un couple de bobos, Suzanne et Marco, anti-nucléaire et anti-téléphone portable. L'évadé est porteur de la révélation d'un complot : celui des cigarettes et de son marché, dont le montant est équivalent au PIB de la Norvège et qui entretient des liens un peu trop étroits avec le monde de la politique.

D'habitude, Chabouté, j'aime. Là, ben, moyen. C'est toujours aussi bien dessiné en noir et blanc et avec de vraies expressions sur les visages. Mais voilà, malgré les persos, l'ensemble est un peu froid. On survole un peu les personnages : qui est donc cet évadé ? Et puis, ce deuxième niveau en permanence dans l'histoire, celui de l'écrivain qui raconte l'histoire ? Pas évident qu'il amène grand chose...

Et pourtant, il y a des choses sympas dans cet album. L'angoisse de la conspiration qui transpire chez l'évadé mais aussi la tension qui est présente tout au long des cases. L'extraordinaire qu'amène l'évadé dans l'histoire de ce couple qui lui en est finalement reconnaissant et le vivra avec lui. Et leurs blagues à deux balles, genre Monsieur et Madame X ont un fils...

Et puis... et si c'était vrai, après tout ?

Marc Suquet

partager sur facebook :